Un conflit a éclaté entre les conducteurs de motos tricycles et la police à Lambangny ce Jeudi 07 janvier 2020. Les tris cyclistes accusent les policiers postés aux carrefours de tracasserie à leur encontre. Les agents quant à eux rejettent ces accusations et affirment que les conducteurs de ces engins ne respectent pas le code de route.

Régulièrement, les conducteurs de motos tricycles sont arrêtés et conduits à la fourrière par les policiers. A ce niveau, ils seraient soumis au payement d’une somme allant de 200 à 300 milles francs guinéen. Ces conducteurs ont investi les rues ce jeudi matin à Lambangnie dans la commune de Ratoma pour exprimer leur mécontentement et dénoncer ce qu’ils qualifient d’abus de pouvoir.

Mamadou Yaya DIALLO est syndicaliste :

« Si les policiers te prennent même si tu as tous les dossiers, ils vont accusés d’avoir commis des infractions et le commandant ne cherchera pas à vérifier si c’est vrai ou pas avant de nous sanctionner » explique ce syndicaliste.

Mais cette version est réfutée par la police qui soutient que ces conducteurs d’engins à trois roues ne respectent pas le code de la route dans la circulation.
Commandant Fodé Youssouf Camara est de la prévention routière à Cobayah:

« Ces conducteurs n’ont cas cesser de former les doubles fils. Ils font cela et devant ils bloquent la circulation. Sur la route, ils peuvent s’aligner sans rester dans les rangs. Nous sommes en train de combattre cela ».

Pour mettre fin à ces tracasseries policières, le syndicat des motos tricycles de Lambangny dit avoir mener sans succès plusieurs démarches auprès du ministère des transports.

Yacine DIALLO

annonce

Laisser un commentaire