VIOL N'Zérékoré

En provenance de Beyla, le directeur général de la police nationale a rencontré les forces de l’ordre à Kankan. Il a été reçu dans les locaux du commissariat central sise au quartier Missira où il s’est adressé aux hommes de tenue sur leur rôle. Puis il s’est acharné contre ceux qui l’accuse d’être mêlé dans l’affaire de drogue saisi à Conakry.

Plusieurs personnes pensaient que le directeur général de la police était en fuite et certains estiment qu’il était aux arrêts après que de nombreux officiers soient mis en prison dans l’affaire de détournement d’une partie de la drogue saisie par la brigade anti criminalité à Nongo à dans la commune de ratoma.

Cette quantité s’élève à plus 400 kilogrammes de cocaïne. En Guinée, la drogue et les attaques en main armées sont devenues des fléaux répandus. Ces derniers jours, des individus malfrats multiplient des opérations d’attaque en main armée dans la circulation.

De nombreux citoyen sont tués au cours de ces attaques et les biens de certains emportés. Des villes très peuplées sont frappées par le phénomène d’insécurité comme plusieurs autres villes du pays. Le Directeur général de la police nationale invite ces agents des forces de l’ordre à plus d’efficacité sur le terrain.

Le directeur général de la police a été interpellé par un journaliste sur la question de détournement d’une partie de la drogue saisie à Nongo par la brigade anti criminalité de Sonfonia.

Accusé d’être mêlé dans cette affaire, Ansoumane Bafoué Camara réagit avec ferveur contre ses détracteurs :

« Je suis dans l’opération depuis le temps du colonel Lansana CONTE (Feu président de la rep de Guinée ndlr). J’ai été commandant de compagnie et commandant de compagnie adjoint. Donc la drogue a circulé plus en ce moment-là que maintenant. Donc si vous voyez que la CMIS a été attaqué c’est parce qu’il y’avait de la drogue. Mais mené vos enquêtes, demandez le colonel Thiegboro de la criminalité et de Fobou de la DPJ si vous trouverez mon nom quelque part. Dieu m’a tout donné sans la drogue. Je ne peux même pas distinguer de la cocaïne à la poudre de farine et de manioc. On n’a toujours dit que je suis mort ou gravement malade. Mais ne vous inquiétez pas je ne suis pas de ces genres. Je ne connais pas cette affaire », a-t-il indiqué.

Lire aussi  Amadou Diouldé, malade, est admis à l'hôpital

Dans ce trafic de drogue, de nombreux guinéens sont arrêtés dans le pays avec des quantités de cocaïne et une dame a été interpelée au Maroc cette semaine.

Yacine DIALLO

annonce

Laisser un commentaire