Ahmed Sékou Touré, premier président de la Guinée

22 Novembre 1970, 22 Novembre 2020, il y’a 50 de cela depuis que la Guinée a subi une agression sur son territoire planifiée par le Portugal. La guerre s’est soldée par la mort des centaines de guinéens et de dégâts matériels important ici à Conakry. Bien que la résistance soit saluée par de nombreux guinéens, ils ne font pas tous la même lecture des faits. Certains estiment que le pouvoir de Conakry a profité de cette agression portugaise pour ensuite museler les contestations.

22 Novembre a été un Dimanche noir pour la Guinée et les guinéens. C’était la toute première attaque que le pays enregistre sur son sol après l’indépendance. L’objectif qui était de renverser le régime de Sékou Touré s’est heurté à une résistance.  

L’opération avait coûté la vie à des centaines de Guinéens. Le PDG-RDA, parti du président défunt Ahmed Sékou TOURE estime que la Guinée était victime de son indépendance. Et le cout l’attaque était planifiée par le Portugal en particulier et la France et autres pays européens impérialiste en générale.

La Guinée est sortie victorieuse dans cette guerre. De nombreux citoyens ont exprimé une gratitude de la résistance guinéenne composée de toutes les couches sociales.

Ils saluent leur courage et le patriotisme face à l’ennemis envahisseur. Même si cette guerre était qualifiée de résistance du peuple, le régime de Sékou TOURE est accusé par de nombreux guinéens de profiter de cette agression pour museler l’opposition d’alors.

L’attaque est considérée comme de menace à la paix en Afrique par le Conseil de sécurité de l’ONU et le Portugal fut condamné.

Yacine DIALLO

Laisser un commentaire