Le ministre de la destruction comme le surnomme-t-on à Conakry, après les emprises de la route s’attaque au littoral guinéen.

De nombreuses personnes ont repoussé la mer ou fait des remblais pour construire des immeubles.
Ceux du littoral du quartier Camayenne sont pointés par le ministre de la ville et de l’aménagement du territoire. Ibrahima KOUROUMA ne reste catégorique :

« Tous ceux qui ont fait des remblais, qui est apparente au niveau de la Camayenne, ils ont été facturés à 3 milliards 800. On ne baille pas », explique le ministre de la ville.

En Guinée, le gouvernement semble déterminer à mener son combat à tous les niveaux pour récurer les zones de l’Etat.

De nombreux immeubles en bordure de la mer dans le quartier de la Camayenne sont identifiés par les autorités. Ce n’est pas la première fois que ces bâtiments sont marqués sans que l’opération n’aboutisse.

Ces domaines seront récupérés et inscrits dans le portefeuille l’Etat et le gouvernement en fera ce qu’il veut, explique le ministre. Et cette opération a une bonne raison indique Ibrahima Kourouma celle de sauver des vies et éviter des inondations.

Pour cette fois-ci, le ministre de la Ville et de l’Aménagement du Territoire a promis d’atteindre l’objectif dans cette vaste campagne de déguerpissement. Ibrahima Kourouma a fait cette sortie dans une émission télévisé chez nos confrères de Djoma TV ce mercredi 17 mars 2021.

Le ministre Ibrahima Kourouma affirme accomplir sa mission pour être en harmonie avec la vision du président le « gouverner autrement ».

Pour lui, la récupération des domaines fonciers, les domaines de l’État, la récupération de l’espace et la sécurisation du foncier en font partie.

Lire aussi  Casse des maisons à Conakry et ses environs : « Nous ne savons pas d’où est venu l’ordre », avoue Kassory

Depuis les débuts des opérations, 69.000 hectares ont été récupérés sur toute l’étendue du territoire national précise le ministre de la ville et de l’aménagement du territoire. Pour le ministre, la réalité d’aujourd’hui est due à un manque de vision par le passé.

Yacine DIALLO

Laisser un commentaire