Benjamin Acheampong dit qu’il a été dupé d’un million de dollars par un club de football une fois, et il est déterminé à ce que cela ne se reproduise plus – surtout par la même organisation.

Le Ghanéen a été privé de plus d’un million de dollars (539 734 307 FCFA ) par le géant égyptien Zamalek depuis 2018, et bien que le Tribunal arbitral du sport (TAS) ait ordonné au quintuple champion d’Afrique de lui verser une somme similaire il y a deux mois, il dit qu’il n’a toujours pas reçu un centime.

« Ce n’est pas bien, c’est ce que je fais pour nourrir ma famille », confie le trentenaire à BBC Sport Africa.

« Ils ne peuvent pas traiter les gens comme des animaux. Nous sommes des humains et nous sommes venus ici pour travailler », explique-t-il.

L’un des plus grands clubs africains aurait « exploité » le contrat d’un joueur dont il ne voulait plus, et est accusé – par le TAS lui-même – de comportement « immoral », « intimidant » et « impitoyable ».

Acheampong, un attaquant, a rejoint le club du Caire pour un contrat de quatre ans en 2017, mais il a mis fin à son contrat après 11 mois, affirmant que Zamalek ne l’avait jamais payé correctement.

Il affirme également que lorsqu’il a rejoint son homologue égyptien Petrojet pour un prêt de cinq mois en 2018, il a été trompé en signant un document qui stipulait qu’il ne renoncerait pas seulement à son salaire de Zamalek pendant qu’il était à Petrojet – mais pour toute la durée de son contrat.

D’un trait de plume, il dit avoir renoncé involontairement à plus d’un million de dollars.

« Personne ne ferait cela », dit Acheampong. « La seule chose que j’ai signée (en connaissance de cause) était que Petrojet me paierait la demi-saison où j’allais jouer. »

En décembre, le TAS souligne qu’Acheampong avait « un motif valable », pour diverses raisons, d’annuler unilatéralement son contrat avec Zamalek, qui doit maintenant lui verser 1,1 million de dollars (593 605 192 FCFA).

Pourtant, juste au moment où il semblait qu’il allait enfin recevoir ses dus, il y a eu un rebondissement.

Le Zamalek est l’un des clubs les mieux soutenus en Égypte et au Moyen-Orient

Dans une lettre adressée à la Fifa, le Zamalek – vice-champion d’Afrique de la Ligue des champions en 2016 et 2020 – a annoncé un « accord avec l’agent du joueur » dans lequel le Ghanéen aurait accepté seulement 250 000 dollars (134 903 335 FCFA).

Pourtant, l’agent – l’ancien capitaine de l’Egypte Nader El Sayed – ne représente plus Acheampong, selon le joueur.

Il affirme que les papiers égyptiens ont été falsifiés pour lui permettre de traiter avec son ancien club au nom d’Acheampong.

El Sayed, dont les papiers indiquent qu’il recevra 20 %, explique à la BBC que les documents sont à la fois « autorisés » et « officiels ».

Lire aussi  Les joueurs du PSG souhaitent un bon Ramadan aux musulmans (vidéo)

« La simple affirmation selon laquelle M. Acheampong autoriserait soudainement – deux semaines après la notification de la décision de la Cour suprême – un tiers à accepter un règlement pour moins de 25% de la somme due est absurde », affirme Roy Vermeer, directeur juridique du syndicat des joueurs mondiaux Fifpro.

Acheampong n’a vu aucun des 1,1 million de dollars que Zamalek devait lui verser, ni même le chèque de 250 000 dollars – dont il ne veut pas – établi à son nom et qui, selon lui, a été remis à El Sayed.

Jeudi, la Fifa, qui a ouvert une procédure disciplinaire contre Zamalek, pourrait imposer au club une interdiction de transfert et, éventuellement, une déduction de points ou une relégation également.

« Ils doivent être punis », plaide Acheampong.

Obligation « immorale »

Zamalek a remporté la Super Coupe d’Afrique en 2020 mais a perdu la finale de la Ligue des champions cette année-là face à son grand rival Al Ahly

Fondé en 1911, le Zamalek est l’un des clubs les plus célèbres d’Afrique – où l’Égypte est la nation la plus prospère du continent en raison de sa domination du football de club et international – et du Moyen-Orient.

Tant au niveau national qu’international, seul le grand rival du Caire, Al Ahly, peut battre le record du Zamalek, qui est de cinq couronnes africaines et de douze titres égyptiens.

« J’étais très, très heureux de rejoindre le club », raconte Acheampong, ancien international junior du Ghana, en réfléchissant à son déménagement dans ce pays en septembre 2017. « Si vous avez une chance de jouer pour le Zamalek, vous êtes un grand joueur », dit-il.

Il a fait ses débuts en décembre, marquant deux fois, avant d’entamer une série de matches en tant qu’attaquant principal. Mais un mois plus tard, l’entraîneur de Zamalek a été remplacé par un autre dont les plans ne prévoyaient pas le Ghanéen.

Fin janvier, Acheampong a été prêté à Petrojet, signant les papiers – jugés « immoraux » par le TAS – dans lesquels il aurait renoncé à plus d’un million de dollars.

« Comme le contrat de travail a une valeur totale de 1 225 804 dollars (661 473 094 FCFA), cela signifierait une renonciation de 1 110 719 dollars (599 343 795 FCFA), puisque le club n’a payé le joueur que 115 085 dollars (62 099 847 FCFA) », révèle le TAS en décembre.

La plus haute instance juridique du sport, le TAS, a jugé « immorale » la renonciation au contrat signée par Achemapong en 2018

« Le joueur serait toujours contractuellement obligé de retourner au club. Ce serait clairement immoral car cela obligerait le joueur à effectuer un travail sans salaire ».

Au moment où il a rejoint Petrojet, Acheampong aurait dû recevoir 210 000 dollars (113 307 810 FCFA) de Zamalek – mais il n’en avait reçu qu’un peu plus de la moitié – et après la fin de son prêt, un autre paiement prévu, cette fois de 72 500 dollars (39 118 172 FCFA), n’est tout simplement jamais arrivé.

Lire aussi  Les joueurs du PSG souhaitent un bon Ramadan aux musulmans (vidéo)

Ils vous mettront dans des situations qui vous frustreront et vous feront dire : « Laissez-moi annuler mon contrat », explique Acheampong. « Mais comme je sais ce que je fais, je n’ai rien dit », poursuit-il.

« En tant que professionnel, vous ne pouvez pas passer trois mois sans être payé – automatiquement, la Fifa statue que vous êtes libre de partir. J’ai donc attendu cela », ajoute-t-il.

Après son retour de prêt, Acheampong dit qu’il a été exclu de l’entraînement de la première équipe et qu’il a été formé avec des juniors à la place – une affirmation que Zamalek ne partage pas, mais que le Ghanéen a des preuves documentaires à l’appui.

Résiliation du contrat

Après des séjours au Ghana, en Espagne, en Angola et en Jordanie, Acheampong a été ravi de rejoindre le Zamalek, cinq fois champion d’Afrique

Le 6 août 2018, Acheampong a mis fin à son contrat.

Plus tard dans le mois, il a rejoint un club au Qatar – mais seulement après que Zamalek ait insisté pour qu’il abandonne ses prétentions contre le club avant que celui-ci ne lui fournisse les documents nécessaires à la Fifa pour approuver son transfert.

Alors que de nombreuses fenêtres de transfert sont fermées et avec une famille de quatre personnes, dont un enfant de deux mois, à sa charge, Acheampong signe un autre document controversé.

Je déclare que je reçois tout mon argent et mes biens financiers », peut-on lire dans un « accord de règlement » qu’il a signé en septembre 2018.

« Sans cela, ils n’auraient jamais envoyé les documents », explique-t-il. « Si je n’ai pas signé, comment allais-je nourrir ma famille ? C’est tellement honteux que vous ne pouvez pas pourvoir. Quand j’étais à Zamalek, j’ai dépensé tout l’argent que j’avais économisé – parce qu’ils ne m’ont pas donné d’argent ».

Il y a deux mois, le TAS a jugé que l' »accord de règlement » n’était pas valable car Acheampong l’avait signé dans des « circonstances difficiles ».

« Il est très rare qu’un tel accord soit nul et non avenu », déclare M. Vermeer à BBC Sport Africa. « Mais nous avons pensé que c’est un cas où nous pouvons le faire et créer un précédent pour d’autres clubs », dit-il.

Dans ses conclusions, le TAS a réprimandé l’attitude « impitoyable » et « intimidante » du club envers Acheampong et la pression exercée sur lui pour qu’il signe l' »accord de règlement ».

« Le joueur n’a rien gagné, car il était en principe déjà un agent libre », selon le TAS. « Le club a obtenu un avantage énorme et disproportionné en se débarrassant d’un cas de rupture de contrat [et] en n’ayant pas à payer la rémunération et l’indemnisation du joueur pour rupture de contrat ».

Zamalek ne s’est pas présenté à l’audience, et a ensuite expliqué au TAS que l’une des raisons pour lesquelles il ne l’avait pas fait était « parce que la personne qui gérait l’adresse électronique du club était partie ».

Lire aussi  Les joueurs du PSG souhaitent un bon Ramadan aux musulmans (vidéo)

Entre-temps, des parties importantes de la version des faits du club ont été réfutées par les preuves que le méticuleux Acheampong, conseillé par Fifpro, s’était accumulé en cours de route.

Le TAS a découvert qu’il n’avait « pas d’autre choix que de résilier » son contrat avec Zamalek, en invoquant – entre autres – son manque de paiement adéquat, son exclusion de l’entraînement et de l’équipe enregistrée pour la saison 2018-19.

Il a également décidé que Zamalek devait payer à Acheampong 1 075 984 dollars (580 486 160 FCFA) pour sa rémunération impayée et sa rupture de contrat.

Le rebondissement

Deux mois plus tard, Acheampong n’a pas l’argent – principalement à cause du prétendu accord, qualifié de « bidon » par Fifpro, entre Zamalek et El Sayed.

« Je n’ai pas rencontré El Sayed depuis 2018, alors où me suis-je retrouvé pour lui donner ça », indique Acheampong, qui a rejoint un autre club égyptien, El Dakhleya, en janvier. « Je n’ai aucune idée de ce que font Nader El Sayed et Zamalek. »

Acheampong a expliqué à la BBC qu’il n’a signé aucun des trois documents présentés à la Fifa comme preuve par Zamalek, qui prétendent tous montrer que le joueur a donné une autorisation écrite à El Sayed pour le représenter.

Après la décision du TAS, El Sayed a demandé à l’ambassade ghanéenne au Caire de tamponner officiellement un document portant le nom d’Acheampong – les responsables de l’ambassade, qui ont refusé la demande, ont dit à la BBC qu’El Sayed leur avait dit que le joueur lui-même ne pouvait pas assister à la rencontre car il avait le Covid-19 (ce qu’Acheampong dit ne pas avoir fait).

« Le joueur est mon joueur depuis 2016 jusqu’à maintenant et tous les accords et autorisations sont officiels et documentés », soutient El Sayed à BBC Sport Africa.

Nader El Sayed, en jaune, a obtenu plus de 100 sélections pour l’Égypte, avec laquelle il a remporté la Coupe d’Afrique des Nations 1998

Zamalek, quant à lui, n’a pas fait de déclaration à la BBC.

Jeudi, la commission disciplinaire de la Fifa discutera de la question, et l’un de ses règlements clarifiera les sanctions possibles pour un club qui ne respecte pas une décision de façon persistante.

« Une interdiction de transfert sera prononcée jusqu’à ce que le montant total dû soit payé », peut-on lire dans l’article 15. « Une déduction de points ou une relégation dans une division inférieure peut également être ordonnée ».

Bien qu’il se sente seul au Caire alors que sa famille vit en Allemagne, Acheampong affirme que son combat – qui pourrait finalement être décidé par des experts en écriture – n’est pas seulement pour lui.

« Je veux encourager d’autres gars à se battre pour ce qui leur appartient. C’est ce que nous faisons pour survivre », conclut-il.

source:bbc

Laisser un commentaire