Dr Dansa Kourouma

« Les guinéens ont une opinion complice de la corruption », c’est l’avis du président du conseil national des organisations de la société civile guinéenne en conférence de presse ce jeudi à la maison de la presse à Kipé.  La structure produit un document des propositions de lutte contre la corruption, pour lutter contre ce phénomène.

Pour le président du conseil national des organisations de la société civile guinéenne, c’est l’élite guinéenne qui est corrompue. La Guinée dispose plusieurs organisations de lutte contre la corruption mais le pays baigne encore dans la corruption et le détournement des biens publics.

Selon le président du CNOCG, les soutiens communautaires en Guinée est une forme d’apologie qui pousse l’élite au détournement.

« On a une opinion qui est complice de la corruption. Chaque de son côté encourage les cadres qui sont de leurs communauté à voler l’argent de l’Etat ».

L’autre problème du détournement dans le pays soutient Dansa Kourouma est la supposition institutionnelle et le manque d’indépendance des institutions de lutte contre la corruption.  Pour lui ces facteurs favorisent également le vol de l’argent de l’Etat.

« Il n’y a pas une coordination entre les structures de lutte contre la corruption. En guinée, nous avons l’inspection d’Etat, nous avons le vérificateur général nous avons beaucoup de structure qui existent et qui se mache dessus. Il est important de revisiter le cadre institutionnel pour que les structure soient plus indépendantes et qu’elles travaillent sur un arsenal juridique plus cohérent et plus complet » indique le président du CNOSCG.

Le CNOCG dans sa volonté de lutter contre le détournement des biens publics a élaboré un document contenant des propositions qu’il compte remettre aux autorités. 

Yacine DIALLO

Laisser un commentaire