Thierno Malal Diallo, président de l'OGDH

Le décès en détention provisoire d’Elhadj Ibrahima Sow continue de susciter de l’indignation dans le pays. Alors que le ministère de la justice avait soutenu que Thierno Ibrahima Sow a succombé d’un diabète et de Covid-19, l’OGDH ne semble pas être convaincu de cette déclaration. L’organisation de défense de droit de l’homme soutient que le détenu est mort dans des circonstances ambiguës et exige que des enquêtes sérieuses soient menées pour déterminer la véritable cause de la mort du détenu.

Thierno Ibrahima SOW 68 ans a été arrêté comme plusieurs autres citoyens dans le cadre des violences post électorales dernières. Puis quelques heures plus tard, il est placé le 25 octobre sous mandat de dépôt à la maison centrale et déclaré décédé en suite à l’hôpital Ignas Deen de suite de diabète. Chose que l’OGDH émet des doutes. Elhadj Malal DIALLO, président de l’organisation:

« Considérant que le droit à la vie est un droit sacré, nous avons demandé que des enquêtes soit menée pour qu’on nous dise ce monsieur est décédé? Il n’a pas été jugé il n’a pas été condamné. Il est mort entre la justice guinéenne ».

Pour l’organisation, comme le détenu est décédé dans les mains de l’Etat, il faudrait qu’il y’ait une enquête indépendante. Dans la cité, les rumeurs parlent de tortures. L’organisation de défense de droit de l’homme exige la vérité sur cette affaire :

« Qu’on sache comment il est mort! Parce qu’ils sont entrain de mentir qu’il est mort de diabétique. Et nous avons reçu de sa famille qu’il n’est pas diabétique. Il nous fait montrer sur des images des traces sur son corps qui prouve qu’il est mort, certainement il est mort de torture ».

La vérité et les actions, c’est ce que demande la famille de la victime. Le président de l’OGDH lance un appel au ministre de la justice :

Lire aussi  Éventuelle hausse du prix du carburant: le FNDC invite le peuple à le refuser

« Le ministre parle beaucoup et nous nous voulons le voir à l’action. On n’a pas besoin de parole ».

Selon certains sources, Thierno Souleymane SOW a été placé dans une même cellule que des criminels. C’est pourquoi le gouvernement tente de camoufler les vraies circonstances de sa mort.

Yacine DIALLO

Laisser un commentaire