Une liasse de billets de 20.000FG

Après les politiques et les organisations de la société civile guinéenne, les citoyens Lamda ont exprimé leur indignation après l’annonce du prétendu détournement d’un montant estimé à 200 milliards de GNF. La plupart d’entre eux souhaitent que des enquêtes sérieuses soient diligentées afin de faire lumière sur cette affaire. 

Les révélations faites par Guineenews sur un prétendu détournement de 200 milliards par la ministre de l’enseignement technique occupent toujours les débats entre citoyen dans les quartiers de Conakry. Aliou Badra BARRY parle d’une situation grave et appelle à la démission de la ministre :

« Ça c’est grave. Imaginez 22 milliards et pourtant en ce moment nous sommes en manque de route d’hôpitaux, d’école, d’eau ou de courant.  Dans un pays sérieux, si la presse met en accusation contre un ministre ou haut commis de l’Etat, son honneur c’est de démissionner ».

Même si Mamadou Alpha BARRY qui croit aux enquêtes menées par le site guineenews souhaite des sanctions dures contre l’accusé, il ne s’attend pas à grand-chose. 

« Moi je ne dis pas tout ce que Sékou Touré a fait en Guinée est bon, mais à son temps, cette ministre n’allait plus parler. C’était ça Sékou TOURE. Mais le procureur de Kaloum qui a épinglé l’ARPT sur une affaire de 57 millions de dollar, est ce qu’il a été inquiété ? Où on en est ? » Explique-t-il

Cette révélation par le media en ligne consiste un coup dur pour le parti au pouvoir et le gouvernement. Le parquet de Kaloum a annoncé des enquêtes et des éventuelles poursuites judiciaires. KOUROUMA Balla Moussa lance un message. 

Lire aussi  Casse des maisons à Conakry et ses environs : « Nous ne savons pas d’où est venu l’ordre », avoue Kassory

« Un message envers les juges. Qu’ils fassent que l’histoire parle d’eux dans le bon sens dans l’avenir. C’est avec les dossiers durs, les dossiers qui sont proches du palais qui sont proches de votre pouvoir, c’est là où l’homme doit se démarquer. Une justice impartiale » voila ce que nous demandons souligne ce partisan du pouvoir.

En Guinée, seule la Haute cour de justice peut juger les hauts commis de l’Etat. Mais cette cour n’est toujours pas installée. 

Yacine DIALLO

Laisser un commentaire