Marché de Cobayah

Des femmes sont appelées à quitter leurs lieux de vente à Kobayah dans la commune de Ratoma. Mardi 02 septembre 2020, plusieurs vendeuses ont retrouvé leurs installations détruites selon elles par des agents de la police. Ces femmes sont accusées d’occuper des espaces qui appartiennent à une station de service carburant.

Ces commerçantes ont été sommées de quitter les lieux par les autorités locales. C’est le propriétaire de la station service carburant qui met la pression indique ces femmes. Ces dernières ne nient pas être sur un endroit qu’elles doivent libérer mais elles accusent les administrateurs du marché de les installer après avoir payé de fortes sommes d’argent parfois allant jusqu’à 500 milles GNF le mètre carré.

«  Les autorités du marché nous ont fait payé pour être là. Certaines parlais nous ont payé 250 milles et celles qui sont au bord du goudron ont dépensé 500 mille. Nous ne sommes pas d’accord avec cette façon de quitter. Nous réclamons nôtre droit » dénoncent l’une d’elles.

 Face à ces accusations, les autorités du marché eux, n’ont pas souhaité se prêter à nos questions. Pour elles, les faire déguerpir des lieux serait une injustice. Plusieurs parmi elles affirment que le commerce est leur seule source financière de survie.

Ces commerçantes demandent une relocalisation avant de quitter l’endroit. Au moment où nous quittions les lieux, les victimes de casses se préparaient à réinstaller leurs tables et étaler leurs produits.

 Yacine Diallo

Laisser un commentaire