La situation sociopolitique de la Guinée préoccupe plus d’un. C’est le cas du collectif des plates-formes de la société civile guinéenne. Devant la Presse ce samedi 21 novembre 2020, les membres de ce collectif ont invité les autorités à diligenter une enquête pour situer les responsabilités sur les dégâts materiels et humains enregistrés lors de la crise postélectorale en Guinée:
Suite aux violences et dégâts enregistrés notamment des pertes en vies humaines et matériels, nous exigeons des enquêtes sérieuses et approfondies pour une justice équitable pour que désormais force reste reste à la loi », a laissé entendre la porte parole Saran Fofana.

Dans leur déclaration, ils ont demandé au premier ministre  » l’ouverture immédiate d’un cadre de dialogue qui prendra en compte la participation de tous les acteurs sociopolitiques »

Le collectif des plates-formes de la société civile guinéenne se désolidarise de toute idée de dissolution d’une quelconque institution de la république car disent ils, ceci pourrait être assimilé à un coup d »État institutionnel.

Abdourahmane Bah

Lire aussi  Mini-remaniement: 16 ministres nommés dont 13 confirmés

Laisser un commentaire