Routes guinéennes

Des usagers se plaignent de la dégradation avancée des routes dans le pays. Dégradations dues à la mauvaise qualité du travail effectué sur les voies routières.  C’est en tout l’avis de nombreux citoyens qui accusent l’Etat de donner les contrats à des entreprises qui ne font pas bien le travail. 

Des nids de poules par ci, des flaques d’eau par là, de nombreuses routes de la capitale se trouvent dans état de dégradation lamentable. Chose que témoigne Alhassane SALL. « Vous ne pouvez pas faire entrer votre engin dans le quartier actuellement, plusieurs endroits sont coupés » indique ce jeune.

Pour lui à l’intérieur du pays c’est encore pire. Il dénonce le mauvais état de la route Coyah-Forécariah ou encore celle qui mène vers Télimélé.

« Quand on observe l’état de la route, vous allez comprendre que les travaux ont été purement de l’arnaque. » soutient Sall.

Comme lui, ils sont nombreux, ces citoyens qui décrivent leur calvaire dans la circulation. Sidibé Aboubacar se dit être déçu de l’état des routes après que  des milliards soient injectés dans le secteur.

A cause de cette dégradation des routes des embouteillages monstres se forment régulièrement dans la circulation. Thierno Mamou BARRY dénonce l’état du rond-point Bambéto dans la commune de Ratoma. Ce citoyen de la ville parle de démission de l’Etat.

Bah Souleymane dénonce la mauvaise qualité des travaux.  Il invite l’état à prendre des dispositions pour résoudre le problème.

Selon Thierno Yaya DIALLO, politicien et spécialiste des infrastructures routières, la Guinée paye sa route trois fois plus chère que certains pays asiatiques.

Lire aussi  Passeport en Guinée, un business juteux pour des agents de police !

YACINE DIALLO

annonce

Laisser un commentaire