EDG

Le collège syndical de la société Electricité de Guinée est contre une décision du conseil d’administration.

Ce dernier a nommé des cadres au sein de la société électricité de Guinée. Ces syndicalistes estimes que cette décision viole la loi. Ils invitent dans un bref délai le conseil d’administration à revenir sur sa décision. Faute quoi, les syndicalistes comptent plonger le pays dans le noir.

Le 14 juillet, c’est le délai qu’accorde le mouvement syndical pour déclencher une grève. Il affirme ne pas se laisser faire avec une décision qu’il qualifie d’injuste. Ces travailleurs de la société électricité de Guinée affirment que le conseil d’administration a falsifié le statut d’EDG qui va les permettre désormais de recruter notamment des travailleurs de la société.

Pour eux, cette décision est en violation de leur loi qui définie leur fonctionnement. Parcequ’ils précisent que, selon les textes, la loi prévoit que c’est le directeur général qui doit organiser un recrutement et non le conseil d’administration.

Donc cette décision estime le secrétaire général du mouvement syndical, Ahmed Cissoko fragilise l’institution. Ces syndicalistes menacent de partir en grève le 14 juillet et voir même plonger le pays dans le noir.

Pour rappel, des négociations étaient en cours entre le collège syndical d’EDG et le conseil d’administration au ministère de l’énergie pour trouver une solution. Visiblement, ils ne se sont pas entendus. Chaque camp a campé sur sa position.

Yacine DIALLO

Lire aussi  Viol : 102 cas répertoriés en Guinée en moins d’une année

Laisser un commentaire