Le département en charge de l’éducation nationale de l’alphabetisation, envisage un recrutement d’enseignants pour pallier le manque d’enseignants dans les zones rurales. C’est du moins ce qu’à laisser entendre le responsable de communication du MENA, dans un entretien accordé à nos confrères de la radio nationale, dans la soirée de ce vendredi 19 février 2021.

Vu le déficit d’enseignants ressenti dans beaucoup d’écoles à l’intérieur du pays, le ministère de l’éducation nationale est dans le besoin pour mettre fin à ce problème.« Le besoin exprimé par notre département pour l’année en cours s’élève à peu près à 19000 enseignants. Il reviendra au gouvernement de décider de ses moyens dont il dispose bien sûr pour voir quel est le nombre d’enseignants qu’il serait capable de mettre à notre disposition», précise Mamady Sidiki Camara.

Contrairement aux derniers recrutements d’enseignants effectués au sein de l’éducation guinéenne, cette année la donne va changer. C’est en fonction des zones et des disciplines que se fera le nouveau mode de recrutement. Et pour cela, une fiche de poste sera soumis à tous les postulants qui feront le choix en fonction du besoin exprimé, du lieu et de la discipline.

«Quand il y a besoin à Labé par exemple et que ça ne soit pas à Labé Centre, c’est dans une sous-préfecture et même dans un district, il faut d’abord identifier ces sous-préfectures, il faut identifier ces districts, identifier l’école où se trouve le besoin et la discipline dans laquelle il y a besoin», indique t-il.

De par le passé, les gens entraient à la fonction publique au nom de l’éducation, mais les autorités en charge de l’éducation ont toujours eu du mal à les faire rejoindre les postes où réellement le besoin se fait sentir, explique ce responsable de communication.

Pour le moment, aucune date n’est fixé par le gouvernement en ce qui concerne l’organisation de recrutement.

Toutefois le ministère de l’éducation nationale et de l’alphabetisation indique que ce recrutement ne relève pas de lui mais plutôt de la fonction publique.

Mohamed Diawara

annonce

Laisser un commentaire