Entamée, il y a de cela quelques semaines, la campagne électorale pour la présidentielle du 18 octobre prochain, continue à être émaillée des cas de violences dans plusieurs villes de l’intérieur du pays.

Cette situation inquiète certains citoyens de la capitale. Interrogés par notre rédaction, ces derniers condamnent ces actes de violences et appellent leurs compatriotes à privilégier la paix.

Après les violences enregistrées à Labé, Dalaba et à Faranah, des affrontements entre militants de partis politiques se sont produits à Kankan ce Dimanche 04 octobre 2020. Ces événements commencent à inquiéter des citoyens dans la capitale. Adama Kourouma condamne et accuse les communicants des différents partis politiques dans les différents radios d’enflammer le pays.
« On est les guinéens. Nous qui appelons dans les radios les matins, c’est nous qui sommes le problème. C’est nous qui enflammons le pays. »
Cet auditeur interpelle les communicants des radios de cultiver la paix et de conserver la paix.

Avec ces violences qui se multiplient la Guinée est en proie à des « situations graves ». Face à ces actions qui met le pays en danger dénote d’un manque de patriotisme soutient Moussa Diakité, un autre auditeur. Ce citoyen indique que l’identité d’une personne ne devrait pas être un handicap. « Nous avons le même drapeau. La Guinée est un dénominateur commun. Nous sommes solidaires. On est inséparable. le dialecte est un facteur de communication entre les personnes».

A chaque élection, des violences sont enregistrées en Guinée avec des conséquences. Alpha Ibrahima souhaite une élection de paix le 18 octobre prochain.

Yacine DIALLO

Laisser un commentaire