Elhadj Cellou Dalein Diallo, président de l'UFDG

L’Ufdg et le gouvernement, chacun montre son gabarit. Qui va céder dans ce duel? D’un côté, les opposants prévoient de manifester le 25 Novembre 2020 et de l’autre côté, le gouvernent interdit tout mouvement sur le territoire national pour dit-il des raisons de covid-19.

Dans un communiqué publié ce Lundi 23 Novembre 2020, l’Ufdg et son allié ne semblent pas se rétracter face à cette décision que le principal parti de l’opposition juge d’illégale. Pour les adversaires d’Alpha CONDE, le pouvoir est en train d’instrumentaliser outrancièrement la pandémie coronavirus à des fins politiques.

Selon les opposants, le gouvernement n’a jamais pris au sérieux la santé des guinéens. « Sinon, comment expliquer l’organisation, en pleine épidémie de coronavirus, du double scrutin du 22 mars 2020 malgré des cas avérés d’infections, exposant ainsi les populations guinéennes à la pandémie ? Le 16 avril 2020, Alpha Condé convoqua par décret son Parlement illégitime à une session inaugurale violant la règle de l’interdiction de tout rassemblement de plus de 50 personnes qu’il a lui-même édictée ».

Les opposants ont décidé de manifester le 25 novembre pour revendiquer la vérité des urnes, la justice pour ceux qui ont perdu la vie et la libération des prisonniers politiques.

Les tueries lors des manifestations, les arrestations et de détention de leur membre en prison. Donc décider de suspendre leur mouvement prouvent soutiennent ces leaders que le régime « aux abois » d’Alpha Condé a toujours fait du coronavirus un prétexte pour suspendre les droits et libertés des citoyens afin de violer en toute tranquillité la loi et dérouler son agenda politique.

Lire aussi  Casse des maisons à Conakry et ses environs : « Nous ne savons pas d’où est venu l’ordre », avoue Kassory

Yacine DIALLO

Laisser un commentaire