Plusieurs opposants sont en prison et d’autres sont déjà condamnés comme l’activiste foniké menguê. L’Union européenne demande au président Alpha CONDE la lumière sur la détention des opposants et menace de sanction. C’est le ministre français des Affaires étrangères qui l’a affirmé ce mercredi au sénat français.

L’OGDH déplore la violation des droits de l’homme en Guinée et apprécie cette sortie de l’UE.
A cause de l’élection présidentielle du 18 octobre, plusieurs opposants sont en emprisonnés. L’organisation guinéenne de défense des droits de l’homme a toujours dénoncé la violation des droits de l’homme en Guinée.

Cette fois ci, c’est l’union européenne qui brandit des menaces contre la Guinée et exige des lumières sur les opposants détenus dans le pays. Une chose que salue Souleymane DIALLO :

« J’approuve absolument ces menaces d’autant plus que, nous organisations de défense de droit de l’homme, nous avons tout fait pour que le gouvernement e libère les détenus politiques. Je crois que leur objectif, c’est de museler complètement l’opposition et nous aussi. Donc nous voulons que les sanctions tombent », indique le président de l’Ogdh.

Parmi ces détenus, figurent Oumar Sylla, alias Foniké manguê, condamné ce mercredi 28 janvier 2021 à 11 mois de prison ferme par tribunal de Conakry.

L’organisation dénonce l’instrumentalisation de la justice dans le pays. « Vous savez que la Guinée souffre d’un manque de justice. Elle est sous ordre de l’exécutif. Ce qui est tout a fait anormal. La condamnation de cet activiste est arbitraire parce que le droit de manifester de s’exprimer est reconnu par la constitution. On manifeste pour revendiquer des droits », indique-t’il.

Lire aussi  Casse des maisons à Conakry et ses environs : « Nous ne savons pas d’où est venu l’ordre », avoue Kassory

Si l’Ogdh apprécie la réaction de l’union européenne, elle déplore le silence des organisations africaines : « La Cedeao est l’Union africaine doivent absolument réagir parce que les droits des populations sont violées par son gouvernement. Des guinéens sont arrêtés et tués. C’est anormal que ces organisations gardent le silence ».


L’inquiétude de paris et de l’Union européenne s’est accentuée après le décès de deux opposants en détention.

L’union européenne condamne la poursuite des détentions hors procédure judiciaire d’opposants a soutenu le ministre française des Affaires étrangères.

Yacine DIALLO

Laisser un commentaire