Alpha Condé et Cellou Dalein Diallo

Plus de 5 400 000 personnes devront voter le 18 octobre prochain pour élire leur président.  Mais ces chiffres fournis ce lundi par la Commission électorale nationale indépendante divisent encore la classe politique guinéenne.

La CENI a rassuré avoir éliminé tous les cas de doublons, de mineurs ou de personnes décédées. Le fichier est désormais crédible indique l’institution électorale qui estime que tous les électeurs inscrits ont été enregistrés devant la machine biométrique.

La région de Kankan rafle 22 % des électeurs devant la capitale qui a 19 %. Les régions supposées être bastion de l’opposition ont entre 6, 8 et 9%. C’est le résultat présenté après les travaux des experts de la CEDEAO pour qualifier le fichier électoral.

Mais le principal parti d’opposition ne partage pas l’avis de l’institution qui est convaincu du fichier. Il dénonce les « disparités régionales » en terme de nombre d’électeurs et plusieurs autres anomalies qui doivent être corrigées pour crédibiliser le scrutin.  Il dénonce aussi le non-respect de la loi sur l’affichage des listes électorales.

« En dix ans, vous avez Mandiana qui progresse de 141,5 %. Il faut qu’on nous dise d’où viennent les électeurs. La loi guinéenne est claire : quand on a fini de travailler le fichier, il doit être affiché pour que tous les Guinéens voient s’ils sont dedans ou non. » indique Aliou CONDE.

Le RPG, parti au pouvoir lui est satisfait des travaux effectués sur le fichier. Il qualifiele processus plus acceptable, crédible et inclusif.

Les deux partis candidats ne s’entendent pas sur le fichier alors que la distribution des cartes d’électeurs débute le vendredi 18 septembre et l’élection le 18 octobre.

Yacine DIALLO

Laisser un commentaire