Agression portuguaise

Tout est parti d’un Dimanche à Conakry. C’était un 22 novembre 1970. Des inconnus blancs sont aperçus sur les côtes guinéens armés et accompagnés par des hommes noirs. Ces portugaises ont tenté de renverser le régime de Sékou Touré et de libérer des prisonniers portugais détenus par le pouvoir de Conakry.

L’origine de l’attaque en Guinée remonterait en  1968 quand la guérilla en Guinée-Bissau avait pris le contrôle des deux tiers de la colonie portugaise. Le Pays cherchait à recouvrer son indépendance comme la Guinée avec la France en 1958.

Le Portugal décide ainsi de briser cette résistance bissaguaise en lançant une offensive sur la frontière avec la Guinée et le Sénégal selon des études de l’équipe Perspective monde de l’école de politique appliqué du Canada.

 Les rebelles et anticolonialistes s’étaient installés en Guinée. Et de nombreux portugais capturés lors des guerres de libération sont retenus prisonniers de guerre à Conakry.  Et c’est à partir de la Guinée que plusieurs opérations seraient planifiées pour la lutte contre l’impérialisme portugaise en Guinée-Bissau.

La Guinée s’était affichée comme pays porte flambeau des pays qui aspirent leur indépendance. L’idée révolutionnaire du président panafricain, Ahmed Sékou TOURE, était vanté un peu partout sur le continent africain.

Cette position de la Guinée était mal vue par les impérialistes. Pour briser le rêve des rebelles, en 1970, le Portugal a décidé de s’attaquer à la Guinée pour exténuer les résistances dans ses colonies.

« L’opération verte » est lancée et des centaines de forces, dont des dissidents guinéens avaient pour mission de faire tomber le pouvoir de de Conakry et détruire également le quartier général de la guérilla.

Lire aussi  Gouverner autrement, le président de la république cible deux ministres de taille

Cette même opération prévoyait aussi de capturer Sékou touré et Amilcar Cabral ou les tuer. Dimanche, dans la nuit du 22 novembre, les troupes portugaise enclenchent l’attaque et détruisent la maison d’été du président, les armements et le quartier général de la guérilla sont détruits. 

L’ennemis échouent aussi à prendre l’aéroport et à détruire les avions MIG. Plus de 300 guinéens perdent leurs vies dans les combats. Les portugais n’arriveront pas à capturer Sékou Touré et Amilcar Cabral.

 L’échec dans la capture des peux cibles conduira à la formation d’une forte résistance en Guinée. Le pays soutenu par le l’Union Soviétique et le Cuba permettra à la Guinée de vaincre le Portugal. Et les soldats sont tués et ceux qui sont vivant sont conduit en prison.

Cette opération a causé d’énormes dégâts humains et matériels. Et le Portugal est sortie isolé à l’échelle internationale.

Yacine DIALLO

annonce

Laisser un commentaire