Sophie Pétronin, photo crédit

Lors d’une interview organisée par le journal de TF1 et tenue par François-Xavier Ménage, Sophie Pétronin a déclaré avoir « toujours été très respectée » par ses ravisseurs.

Ainsi, Sophie Pétronin explique :

« J’ai toujours été très respectée. Ils ont pris soin de moi, ils ont fait venir un médecin de l’organisation. Aussi, ils ont souvent donné quelques informations. Et plusieurs fois, ils ont cru eux-mêmes qu’ils étaient au bout. C’était la liberté, on enclenchait, on prenait la route. »

Pour rappel, Sophie Pétronin est une humanitaire franco-suisse enlevée par des djihadistes maliens à la période de Noël 2016. Ainsi, détenue pendant près de 4 ans, elle vient de faire son retour en France, en échange de la libération de 200 djihadistes maliens.

D’ailleurs, la libération de l’humanitaire fait aujourd’hui polémique en France, notamment en raison de sa conversion à l’Islam, pourtant concrétisée avant son départ pour le Mali. Elle est également sujette à polémique en raison de son fort désir de retourner vivre au Mali afin de poursuivre son engagement militaire.

Pour info, Sophie Pétronin est née à Bordeaux le 7 juillet 1945. C’est une travailleuse humanitaire de nationalités française et suisse. Elle est la fondatrice de l’ONG « Association d’Aide à Gao », qui œuvre dans le domaine de l’aide à l’enfance dans le nord du Mali.

Le 24 décembre 2016, elle est enlevée à Gao par un groupe de djihadistes associé à Al-Qaïda. C’était la dernière otage française dans le monde.

Lire aussi  Polémique sur la fin du mandat présidentiel au Bénin: l’opposition appelle à la mobilisation

Laisser un commentaire