Manifestation à Kollaboui

La sous-préfecture de Kolaboui était ébullition ce vendredi, 18 octobre 2020. A l’origine, les délestages intempestifs du courant électrique dans cette zone minière située dans la préfecture de Boké. Frustrés par le manque de courant électrique depuis plusieurs mois, les citoyens de cette localité ont érigé des barricades dans toute la ville.  Circulation routière et activités économiques sont restées paralysées toute la journée.  Selon le responsable de la jeunesse sous-préfectorale de Kolaboui, des arrestations ont été enregistrées. 

« Nous avons démarché plusieurs fois pour que les groupes soient entretenus parce que le Groupe (G1) était en panne, alors que c’est deux groupes qui fonctionnaient sans rotation. Du coup, G2 est aussi tombé en panne. Tous les deux grands groupes sont tombés en panne. Le petit groupe qui tournait ne pouvait pas tenir les deux mallettes-mêmes, parce qu’il y en a 4. Donc nous avons sensibilisé la communauté pour qu’elle accepte le temps du dépannage, ça été fait. Mais quelques temps après ça a encore lâché. Et avec la rotation, les gens insistaient mais il n’y a pas eu de réponse. A qui faire face ? Parce que l’ANAIM est décrédibilisée auprès de la communauté pour le non-respect du protocole d’accord, avec MARINEX et la commune de Kolaboui. De tout le protocole, seul un point a été respecté. Il concerne la prise en charge des électriciens. C’est quand il y a eu des manifestations à Kamsar, Kolaboui a aussi voulu manifester, ils ont envoyé les quatre transformateurs et déposé. Depuis des mois ces transformateurs-là sont déposés ici. Nous utilisons la basse tension. 

Et normalement c’est la moyenne tension qu’on devrait installer pour résoudre le problème. Mais ni les poteaux électriques ni encore les câbles ne sont arrivés. Quand ça tendance à manifester, on envoie quelque chose, on fait du tape à l’œil et on dépose ça. Finalement les gens de toutes les couches confondues ont décidé d’investir la rue ce matin » a expliqué Fodé Djibi Touré.

En marge de ces manifestations, des citoyens ont été arrêtés. Des négociations sont en cours pour leur libération en contrepartie de l’arrêt des manifestations de rue et la libération et la voirie.

« Pour le moment nous ne connaissons pas le nombre des personnes arrêtées. Mais quand-même il y a eu médiation pour enlever les barricades en retour, libérer les manifestants arrêtés. Mais on leur a dit que ce n’est pas ça le problème. On n’est pas sorti pour casser, mais nous réclamons le minimum. Mais franchement, Kolaboui n’a pas de centrale. Celle qui est là ne peut plus tenir la ville et ça c’est une situation claire et visible. Pour le moment nous n’avons pas eu d’interlocuteur pour nos revendications », a poursuivi Fodé Djibi Touré, président de la jeunesse sous-préfectorale de Kolaboui.

Les manifestants ne décollèrent pas. Ils disent être déterminés à poursuivre les manifestations jusqu’à la satisfaction des revendications.

AOB

Affaire à suivre…

Laisser un commentaire