Michel Chaya, interpellé

Un père de famille a été interpellé ce mardi par des agents des forces de l’ordre de Kouroussa précisément dans le quartier Doula. Cette interpellation de Michel Chaya ne respecte aucune procédure selon des témoins. Ce père de famille était à son lieu de travail avec ses enfants lorsqu’une équipe mixte de policiers et de gendarmes est venue l’arrêter manu militari avec des brins de menaces et d’intimidation. L’un de ses fils en l’occurrence Christian joseph Chaya témoigne :

 « On était à son lieu de travail lorsque les agents sont venus l’arrêter. Mais, c’est comme s’ils ne le connaissaient pas. Parce que quand ils sont arrivés, ils l’ont dépassé pour venir nous arrêter, nous les enfants ; ils ont retiré les clés de nos motos et ils ont ensuite demandé où est Michel. On n’a pas répondu. Ils ont alors demandé d’envoyer le pick-up pour nous embarquer. Directement, mon père a pris sa moto pour s’en aller. Mais, ils ont garé le pick-up devant lui et quatre agents lui ont sauté dessus. Ils ne nous ont présenté aucun mandat. Ils ne nous ont pas dit aussi pourquoi ils l’arrêtent. Ce sont des policiers et des gendarmes qui l’ont arrêté. Michel Chaya avait deux téléphones et quatre millions sur lui. On n’arrive pas encore à retrouver cet argent et un des téléphones », a-t-il expliqué.

Quelques jours plutôt, un groupe de militaires étaient venu chercher Michel Chaya à son domicile poursuit notre interlocuteur.

« Ils sont venus chez nous ici dimanche. Ils sont venus à bord de sept (7) pick-up remplis de militaires. Moi, j’étais arrêté à la porte. Ils sont venus demander où est Michel. Mon père n’était pas là. On a dit qu’on ne sait pas où il se trouve. Comme je manipulais mon téléphone, un agent est venu braquer son fusil sur moi, il a pointé son arme sur ma poitrine et m’a demandé de lui donner mon téléphone. J’ai refusé ; mais, il a usé de la force pour me le prendre. Ensuite, ils sont partis ».

Cette interpellation serait liée aux violences qui ont secoué la ville de Kouroussa le week end dernier.

AOB

Laisser un commentaire