Alpha Condé et Alhassane Ouattara

La Guinée et la Côte d’Ivoire sont deux pays qui doivent organiser leurs élections présidentielles cette année. Mais au départ, ces deux chefs d’Etat ont incarné un espoir dans leur pays, aujourd’hui leurs positions sur l’alternance ont fait basculer plusieurs personnes dans une déception.

 Alpha Condé est né le 4 mars 1938 à Boké en Basse-Guinée. Depuis son arrivée le 21 décembre 2010, le président de la république a toujours affiché sa volonté à faire respecter la loi. Il s’est fait appeler le Mandela de la Guinée.

Et en côte d’ivoire, Alhassane Dramane OUATTARA est né le 1ᵉʳ janvier 1942 à Dimbokro. Il est président de la République de Côte d’Ivoire le 06 mai 2011.

À l’occasion de l’assemblée générale constitutive du parti unifié RHDP, le président ivoirien, avait promis qu’il n’envisageait pas de briguer un troisième mandat. Il compte laisser le pouvoir à la nouvelle génération en faisant référence comme Alpha CONDE à Nelson Mandela.

Les deux chefs d’Etats, l’un (Alpha CONDE) se présentait comme juriste Bâtisseur et l’autre (Alassane Dramane Ouattara) économiste bâtisseur. Ils ont tous les deux fait croire à l’opinion nationale qu’ils incarnent la démocratie, la rupture.

En Juillet, après avoir publiquement désigné son premier ministre Amadou Gon Coulibaly, 61 ans comme son successeur, ADO, a finalement changé de position après le décès subit de son dauphin en parlant de « cas de force majeure ».

Pour justifier sa décision, l’ivoirien a avancé un argument souvent utilisé par les partis au pouvoir, le risque que tous les acquis soient compromis et que le pays recule. 

Lire aussi  Mini-remaniement: 16 ministres nommés dont 13 confirmés

En Guinée, Alpha CONDE disait la même chose. Lors de ses tournées à l’intérieur du pays l’année dernière, le président disait ne pas laisser le pays dans la main des « bandits ». Le locataire de sékoutoureyah a soutenu que son bilan est positif et son régime a redressé l’économie du pays et ramené la Guinée dans le concert des nations. Alpha CONDE affirme qu’il n’est pas questions de laisser ceux qui ont « volé les ressources du pays » revenir à la gestion de l’Etat.

Mais le hic ! Alpha CONDE esquivait les questions des journalistes sur son intention à rester au pouvoir et disait juste que c’est au peuple de décider. Après 10 ans au pouvoir, le chef d’Etat a été désigné par son parti comme candidat pour l’élection d’octobre prochain.

Et devant des centaines de personnes au palais du peuple le 06 Aout dernier, il affirme accepter le choix mais sous condition. Et ces conditions soulevées par le président sont considérées par ses opposants d’ironies. 

Depuis mi-octobre, une partie de la Guinée proteste contre un troisième mandat pour Alpha Condé. L’opposant historique, est parvenu à cristalliser tant de critiques après le double scrutin du 22 mars.

Les volontés des deux chefs d’État Guinéen et ivoirien pour la présidentielle sont des choix assez risqués. Après, les contestations ont débuté à Abidjan depuis le revirement d’Alhassane Ouattara pour s’opposer un troisième mandat.

ADO et Alpha sont aujourd’hui opposé à leur propre vision. Dans leurs pays, leurs actes sont qualifiés par l’opposition d’anticonstitutionnel.

Même si Alpha Condé lui a réservé sa réponse, ses intentions sont claires indique l’opposition qui estime que le président veut faire croire à l’opinion internationale qu’il a été obligé.

Lire aussi  Décès de Mamadou Oury Barry en prison : l’ambassade des Etats-Unis interpelle l’Etat guinéen (Déclaration)

YACINE DIALLO

Laisser un commentaire