Aboubacar Dora Koita, président jeunesse Cédéao

La campagne est lancée et l’élection présidentielle du 18 octobre avance à grand pas. Mais les candidats de l’opposition doutent de la neutralité de la CENI. Cette situation pourrait engendrer des polémiques après le vote prochain. L’organisation Jeunesse CEDEAO Guinée promet de s’impliquer pour sécuriser les votes.

Les dés sont lancés et les hostilités commencent déjà à s’annoncer dans ce processus électoral.

Les candidats de l’opposition accusent la Commission électorale nationale indépendante de partisane. Ils reprochent à la CENI de favoriser le candidat du parti au pouvoir.

La CENI elle conteste ses allégations et affirme considérer tous les candidats aux mêmes pieds d’égalité.

Le parti au pouvoir reste lui confiant de sa victoire et estime que la CENI est crédible. Face à cette situation, chaque camp tient des propos sensibles et qualifiés d’incitations à la violence par la société civile.

Les discours des candidats suscitent de grandes inquiétudes chez les acteurs de la société civile guinéenne.  

La structure jeunesse CEDEAO appelle les deux parties à privilégier la paix. L’organisation promet de s’impliquer pour un scrutin crédible et invitent aux acteurs politiques à œuvrer pour une élection apaisée.

« Il faut que les urnes départagent les gens. Nous allons observer pour nous permettre de nous rassurer de la crédibilité de ce processus électoral. Et l’observation va se passer de l’ouverture du bureau de vote à 8h jusqu’à la clôture » a expliqué Dora Aboubacar KOITA, président de la structure Jeunesse CEDEAO Guinée.

En plus de cela, cet activiste affirme que sa structure va poursuivre ses activités de la centralisation jusqu’au résultat final. La jeunesse CEDEAO est représentée partout en Guinée soutient Dora Aboubacar KOITA qui affirme que son organisation dispose plus de 1976 personnes reparties dans tout le pays.

Lire aussi  Un autre prisonnier politique est décédé en prison

Yacine DIALLO 

Laisser un commentaire