la plateforme des jeunes de l’axe pour la démocratie et le développement s’indigne après une sortie médiatique du ministre de la sécurité qui indique avoir recensé 214 points de fabrication d’armes locales dans le pays. Pour le leaders de PJDD, les arguments avancés par Albert Damantang CAMARA ne dédouane pas son département dans ces cas de morts enregistré sur l’axe.

Plusieurs jeunes ont trouvés la mort au cours des différentes manifestations dans le pays. Pour l’instant, la justice tarde toujours à présenter des coupables de crimes lors des mouvements politiques.

Mais le ministre de la sécurité vient d’annoncer que son département a recensé 214 points de fabrication d’armes locales dans le pays.

Cette sortie de Damantang a fait réagir la plateforme des jeunes de l’axe pour la démocratie et le développement. Pour le leader de la PJDD, le ministre veut faire comprendre à l’opinion que toutes ces personnes ont été tuées par des armes de fabrication locale. Ibrahima Diallo, président de la plateforme, estime que le ministre a failli dans sa communication.

Pour lui, le ministre veut se servir de ces arguments pour innocenter les services de sécurité. Le président de la PJDD réclame la vérité sur les crimes au lieu de chercher à désorienter.

Dans ces explications, cet acteur de la société civile précise qu’un contrat social existe entre l’État et son peuple. Donc, Ibrahima Diallo soutient que la meilleure manière de prouver que les services de sécurité ne sont pas responsables des meurtres enregistrés pendant les manifestations, c’est de traquer les coupables et les présenter devant les tribunaux.

Lire aussi  Hausse des prix dans les marchés: Les vendeuses de poissons se plaignent

A cet effet, la PJDD a ajouté que le ministre de justice doit sortir de sa léthargie et faire la lumière sur tous les cas des morts enregistrés dans le pays.

YACINE DIALLO

annonce

Laisser un commentaire