Conformément à la législation en vigueur, le ministère de la sécurité et de la protection civile a interdit la vente et le transport des combustibles au détail via les bidons ou toute autre récipient sur toute l’étendue du territoire national.

A Labé, cette décision ne semble pas plaire à tout le monde rapporte la correspondante de laminute224.com basée dans la préfecture.

Cette décision d’interdiction de la vente du carburant au marché noir ne fait pas l’unanimité au niveau des vendeurs et chez certains clients. C’est le cas de Mamadou Bah, vendeur de carburant au détail. Pour lui le gouvernement a d’autres chats à fouetter au lieu de s’en prendre aux pauvres vendeurs qu’ils sont:

« A mon avis, c’est pas une bonne décision car actuellement, le gouvernement a d’autres priorités qu’il délaisse pour s’attaquer à nous. »

Cette interdiction n’est pas sans conséquence dixit Barry Souleymane conducteur de à moto-taxi :
Premièrement, je n’achète pas le carburant à la station car ce sont des voleurs. La mesure n’est pas bonne. Deuxièmement, si tu tombe en panne d’essence loin d’une station, c’est au marché noir que tu peux te ravitailler facilement. Mais imaginez que tu dois pousser ta moto jusqu’à la station service ça devient difficile » affirme-t-il.

Au lieu d’interdire, il faut réglementer pense Baldé Thierno Sadou un autre vendeur:

 » Ce n’est pas l’interdiction qui peut régler le problème c’est la réglementation. Il faut interdire aux vendeurs mal intentionnés et interdire d’augmenter le prix de façon anormale. Et quiconque s’entête doit être sanctionné. Les citoyens aussi doivent être vigilants et dénoncer ces personnes mal intentionnées » conclut il.

Il faut noter que cette interdiction suscite beaucoup d’inquiétude chez certains citoyens qui nourrissent leurs familles en vendant du carburant.

Reste à savoir si cette mesure sera pérenne.

Aissatou Diallo Labé pour laminute224.com

Laisser un commentaire