Le FNDC a dressé un bilan de 90 morts tués par les forces de sécurité depuis ses débuts de manifestation. Le document a été publié six jours avant l’élection présidentielle où le président sortant Alpha Condé est candidat. Mais les autorités ont contesté le bilan.

Ce 14 Octobre 2020, le FNDC aura manifesté un an depuis sa création en avril 2019. Cette organisation a organisé de dizaine de manifestations depuis ses débuts. A cette occasion, ce lundi 13 Octobre 2020, le front national pour la défense de la constitution a rendu public un bilan de ses manifestations généralement réprimées dans le sang.

Dans ce document, le FNDC a mentionné 92 personnes tuées, dont 56 par balles réelles. Le front dénonce également de corps non identifiés dans la région de Nzérékoré à l’occasion du double scrutin du 22 mars 2020 ».

Malgré le bilan macabre présenté par les opposants à un troisième mandat pour le président Alpha CONDE, candidat à la présidentielle du 18 octobre, le FNDC compte sortir à nouveau pour protester vendredi prochain. L’objectif du mouvement est dit-il comment faire partir Alpha CONDE et permettre à un retour de l’ordre constitutionnel.

Ce rapport accablant est vite contesté par le gouvernement. Même s’il reconnait des violences et des morts par balle, le ministre de la Sécurité et de la protection civile, Albert Damantang Camara accuse chez nos confrères de RFI, les leaders de l’opposition d’avoir appelé à la violence ».

Quel bilan durant une année ? Les responsables du FNDC soutiennent que leur mouvement a eu un impact positif. Ils affirment que le FNDC est devenu un exemple de contre-pouvoir en Guinée et qui a permis de démontrer la dictature d’Alpha CONDE. Par ailleurs, les membres de la structure estiment que le FNDC a permis surtout d’unir plusieurs guinéens autour d’une valeur commune.

Lire aussi  Éventuelle hausse du prix du carburant: le FNDC invite le peuple à le refuser

Yacine DIALLO

Laisser un commentaire