Suite à la condamnation des trois journalistes de la Radio Nostalgie, le ministre de la justice sort de son silence et indique que c’est seulement la loi sur la liberté de la presse qui est capable de condamner un journaliste actuellement en Guinée. Maitre Mory Doumbouya a déjà instruit le parquet de Kaloum de faire une déclaration d’appel contre la décision qui a condamné ces journalistes sur la base du code pénal.

Ibrahima Sory Lincoln Soumah, Thierno Madjou Bah et Sidy Diallo tous des journalistes à la radio Nostalgie Guinée ont été condamnés par le tribunal de première instance de Dixinn à 2 mois de prison assortie de sursis avec une amende de 500 mille FG pour chacun.

Ces journalistes ont été condamnés sur la base du code pénal. Mais sur la question, Maitre Mory Doumbouya est clair:

 » C’est seulement la loi sur la liberté de la presse qui est capable de condamner un journaliste quand il ya un délit de presse pas la loi sur le code pénal », a-t-il rappelé.

La république de Guinée a opté pour une dépénalisation des délits de presse. La loi sur la liberté de presse reste donc la seule qui est applicable tant qu’elle n’est pas abrogée par les instances compétentes de la république, rappelle le ministre de la justice.

Déjà des actions sont en cours pour faire appel de cette condamnation :

« J’ai instruit le parquet de Kaloum de faire une déclaration pour faire appel à cette décision », ajoute le ministre de la justice
Amadou Tham Camara président de l’GUIPEL après avoir écouté le ministre lance cette invite.

 » Nous vous demandons M. le ministre de tout faire pour que les autres juges sachent que c’est seulement la loi sur la liberté de la presse qui condamne le délit de presse ».

Il était prévu de déposer une demande d’autorisation à la mairie de Kaloum pour la tenue d’un sit-in devant le TPI de Kaloum la semaine prochaine. Cette démarche été annulée suite à l’intervention du ministre de la justice qui, semble avoir soulagé les hommes de médias.

Abdourahmane Bah

Laisser un commentaire