images d'illustration

Traverser le pont de Khorira dans la préfecture de Dubreka est une véritable traversée du désert. Les usagers de la route y souffrent le martyr.

Les bouchons s’y forment régulièrement et parfois il faut attendre des longues heures pour pouvoir passer. Et ce, à pas de caméléon. Cette partie de Dubreka est entrain d’ailleurs de ravir la vedette des ronds points de Cosa et Bambeto réputés pour les grands bouchons qui s’y créent.

Cette galère se passe au vu et au su de toutes les autorités. Des postes de contrôle sont mis en place. Et les agents, dans une totale indifférence, réclament de l’argent à tous les citoyens qui ont le malheur de ne pas se munir de leurs cartes d’identité.

 » Récemment, nous sommes arrivés ici (au pont de Khorira ndlr) à 12h. Nous n’y avons bougé qu’à 17h » fulmine un chauffeur visiblement agacé par cette situation.

Des jeunes hommes bouchent les trous qui se trouvent au milieu du pont à l’aide des blocs de pierre en réclamant des  » yè sarè ». A la tombée de la nuit, ils les enlèvent pour recommencer l’opération le lendemain nous a-t-on informé.

Amadou Oury Toulel Baldé

Laisser un commentaire