Dr Dansa Kourouma

La multiplication des manifestations de soutien politique en plein crise sanitaire irrite le président du CNOSC, Conseil National des Organisations de la Société Civile Guinéenne. Selon Dr Dansa Kourouma il y a deux poids deux mesures dans le respect de l’état d’urgence sanitaire en Guinée.

Dans un Etat de droit il faut que le même Etat soit capable de se soumettre à ses propres lois. C’est la réaction de Dr Dansa Kourouma face aux multiples manifestations des mouvements de soutien organisées  par le parti au pouvoir ces derniers temps. Le président du Conseil National des Organisations de la Société Civile Guinéenne dénonce ce qu’il appelle deux poids deux mesures dans la gestion de l’état d’urgence sanitaire.

« Dans un Etat de droit il faut que le même Etat soit capable de se soumettre à ses propres lois. On prend un décret pour instaurer l’état d’urgence sanitaire. Quelque que nous société civile, nous avons beaucoup salué. Mais il se trouve que l’opposition, plusieurs fois, a été empêchée ou la société civile d’ailleurs de mener des activités en les opposant l’état d’urgence sanitaire. Mais en revanche, les partisans et les soutiens du pouvoir organisent des conventions, des congrès, des manifestations de soutien…ça s’appelle tout simplement du deux poids deux mesures » martèle Docteur Dansa Kourouma.  

Ce jeudi un mouvement de soutien a manifesté dans les rues de Kaloum jusqu’à la devanture de la présidence sans aucune autorisation préalable. Cet acte doit être sanctionné indique Dr Dansa Kourouma.

La Guinée tend vers l’élection présidentielle de 2020, selon le président du conseil national des organisations de la société civile guinéenne un document de stratégie d’organisation d’élection est en préparation sur comment réussir l’élection en plein crise sanitaire liée au coronavirus. 

Lire aussi  Éventuelle hausse du prix du carburant: le FNDC invite le peuple à le refuser

Amadou Oury Toulel BALDE

Laisser un commentaire