L’état d’urgence sanitaire est instrumentalisé à des fins politiques en Guinée. C’est l’avis du mouvement jeunesse citoyenne qui était en conférence de presse ce vendredi 17 juillet à la maison de la presse à Kipé.  Dans sa déclaration, le mouvement donne deux semaines au pouvoir pour la réouverture des lieux de culte sous menace de descendre dans la rue. Les responsables dudit mouvement se sont exprimés au cours d’une conférence de presse ce vendredi 17 juillet 2020.

En conférence de presse, ce vendredi à la maison de la presse à Kipé, pour soutenir le programme de manifestation du FNDC, le mouvement jeunesse citoyenne s’est montré très dure face à la gestion de la pandémie en Guinée. Il accuse d’ailleurs l’Etat d’être le seul responsable de la présence de la maladie dans le pays.

L’état d’urgence sanitaire a été prorogé sans tenir compte de la réalité de la population. Aboubacar Soumah. Pour l’allégement des mesures liées à la pandémie, dont la réouverture des lieux de culte, le mouvement donne seulement deux semaines au pouvoir.

«  Nous donnons un délai de deux semaines au président Alpha Condé a ordonné la réouverture des mosquées et d’atténuer le transport pour les commerçants et les producteurs locaux. Le temps de prendre des dispositions nécessaires, à défaut, nous lançons une manifestation pour la réouverture des lieux de cultes » prévient Aboubacar Soumah, le porte-parole du mouvement. 

Autre sujet auquel le mouvement jeunesse citoyenne s’est attaqué est la fête tournante initiées par le régime Condé qui selon lui n’a servi qu’à enrichir les ministres. Voilà pourquoi il demande un vote sanction contre le RPG sans Alpha Condé à la présidentielle prochaine.

Lire aussi  Nzérékoré : L'inspection régionale du commerce compte passer à la vitesse supérieure dans la lutte contre la vente de la chicha

AOB

Laisser un commentaire