Malgré le rejet de plusieurs partis politiques de l’opposition du chronogramme présenté par la Commission Électorale Nationale Indépendante pour la tenue de l’élection présidentielle, cela n’a pas empêché que la commission électorale nationale indépendante entame l’installation de ses démembrements dans la capitale. La CENI compte respecter le chronogramme électoral qu’elle a annoncé pour la tenue de la prochaine échéance. Ce mardi 14 juillet 2020, elle a débuté ses activités. Et ici à Conakry, l’organe électoral a reconduit par endroit ses anciens démembrements mais après l’autorisation de la cour constitutionnelle. A Dixinn, par exemple, le démembrement n’a pu élire un président. Une élection sera organisée à cet effet entre deux candidats qui sont issus de la société civile. Et ça sera entre le CNOSC et la CONASOC. Ce cas est spécifique pour Dixinn. Et les autres communes à leur tour, procèdent également à l’installation. Dans la commune de Matoto, c’est la formation des membres du démembrement. Ils ont procédé au remplacement d’une personne membre du démembrement qui est décédée et une autre qui a démissionné. Les commissaires désignés apprennent les textes et principes directeurs auxquels les organes de gestions d’élections sont soumis. Après ces opérations d’installation des démembrements dans les communes, les préfectures et sous-préfectures, l’Institution électorale procèdera à la mise en place des commissions administratives d’établissement et de révision de listes électorales. La Céni cherche à rassurer les guinéens sur son engagement à organiser des élections tout en respectant le chronogramme électoral.

Yacine DIALLO.

Lire aussi  Guinée: Alpha Condé tel qu’il est et non tel que Tibou Kamara le présente aujourd’hui

Laisser un commentaire