Soumaila Cissé et Sophie Pétronin

Deux otages italiens font partie des quatre otages libérés la nuit dernière au Mali. Il s’agit de Nicola Chiacchio, un touriste voyageant dans la zone, et du père Pier Luigi Maccalli, enlevé au Niger en 2018.

La nouvelle a été annoncée en Italie dans la nuit par un tweet du ministre des Affaires étrangères italien : « Ils sont libres, et ils vont bien grâce à nos services de renseignements, en en particulier notre agence de renseignements extérieurs ». On apprend dans la presse qu’il y aussi eu une collaboration avec les services français.

Installé depuis onze ans au Niger

Le prêtre italien Pier Luigi Maccalli, installé depuis onze ans au Niger, a été enlevé le 17 septembre 2018 par des hommes armés à son domicile de Bamoanga dans le sud-ouest du Niger, proche de la frontière avec le Burkina Faso. Seule preuve de vie depuis son rapt, il est apparu pour la première fois dans une vidéo tournée en mars 2020, en compagnie d’un jeune compatriote, Nicola Chiacchio, a indiqué en avril un journal privé nigérien.

Nicola Chiacchio, jusqu’alors inconnu, a par la suite été présenté par les médias italiens comme un touriste en voyage dans la région. Selon une source proche du dossier, il aurait été enlevé dans le centre du Mali dans la zone de Douentza, en 2019.

Rumeurs à Rome

Des rumeurs circulaient à Rome sur leur éventuelle libération : la décision des autorités maliennes de libérer plusieurs dizaines de jihadistes laissait espérer un échange. Désormais, les deux hommes en route vers l’Italie. Sur les réseaux sociaux, leur libération suscite une explosion de joie et beaucoup de points d’exclamation sur le thème : « Enfin une bonne nouvelle ! »

Lire aussi  Polémique sur la fin du mandat présidentiel au Bénin: l’opposition appelle à la mobilisation

Selon un dernier décompte officiel, il y a encore au moins huit otages étrangers au Sahel. Les groupes terroristes détiennent aussi vraisemblablement de nombreux otages sahéliens.

Rfi.fr

Laisser un commentaire