Non autorisée par les autorités, la marche du Front national pour la défense de la constitution, initialement prévue ce mardi 29 septembre, a été transformée en journée de résistance face au pouvoir d’Alpha Condé. Dans la haute banlieue de Conakry, sur l’axe Hamdallaye-Bambeto-Cosa, tout comme sur l’autoroute, des échauffourées ont été signalées sur la voie publique par endroits. Suivez ce constat réalisé par le reporter de laminute224.com.

Cette journée de résistance est une manière pour le front d’exiger le départ du président Alpha candidat à un troisième mandat. Dans la matinée de ce mardi, l’appel a été entendu à quelques endroits. D’abord sur l’autoroute fidèle Castro, de Kountia en passant par Lansanayah Barrage et Dabompa, des altercations ont éclatées entre force de l’ordre et jeunes manifestants qui voulaient bruler des pneus. Les agents ont fait usage de gaz lacrymogène pour disperser les contestataires.

Tombolia n’est pas resté en marge de cette contestation. Malgré la présence des forces de l’ordre, les jeunes ont tenté de manifester. Cette même atmosphère a continué jusqu’à Bonfi dans la commune de Matam. Là d’ailleurs, pendant plus de deux heures, les jeunes ont régné en maitre absolu avant d’etre dispersé. Dans le grand marché de Madina, tout comme dans les marchés de Matoto et Entag, l’ambiance n’était pas comme à l’accoutumée. Boutiques et magasins sont restés fermés seulement l’on pouvait remarquer la présence de quelques vendeuses. La circulation aussi n’a pas été comme de par le passé.

Sur la route le prince, de Dixinn Terrasse au carrefour Hamdallaye, la circulation était à la normale. Mais de Hamdallaye en passant Bambéto-Cosa et Enco-5, une atmosphère de méfiance existait. Des pickups de police stationnés au niveau de chaque carrefour. Boutiques et magasins fermés et ce qu’il faut ajouter à cela c’est la présence des véhicules de la police autour du domicile du coordinateur du FNDC à Koloma.

Lire aussi  Alpha Condé prévient : « Aucun cadre ne dépassera huit (8) ans dans ses fonctions »

Toujours sur le même axe, à Sonfonia rails et à la T6, des accrochages ont opposé des partisans du FNDC aux forces de l’ordre qui voulaient les empêcher de manifester.

Dans le centre-ville à Kaloum, la circulation était à la normale et l’administration aussi fonctionnait.

Amadou Oury Toulel BALDE

annonce

Laisser un commentaire