L’Assemblée nationale guinéenne a adopté hier, vendredi 3 juillet 2020, le projet de loi organique portant composition, organisation et fonctionnement de la Haute Autorité de la Communication. Mais avant son approbation, les députés ont pris le soin de procéder à des amendements sur le texte qui leur a été soumis par l’exécutif.

Cette loi apporte également des réaménagements sur les conditions de délivrance et de retrait des agréments d’exploitation des médias audiovisuels, les conditions d’attribution et de retrait de fréquences à ces médias, mais aussi sur la durée de validité de la carte professionnelle de journaliste.

Il faut souligner que la Haute Autorité de la Communication sera composée désormais ainsi qu’il suit : 5 représentants des associations de presse ; 3 représentants de la présidence de la République ; 1 représentant de l’Assemblée nationale.

Le conseil supérieur de la magistrature, le ministère des postes, télécommunications et de l’économie numérique, le collectif des imprimeurs, libraires, bibliothécaires et archivistes et le collectif du cinéma et de la photographie vont également désigner un représentant chacun.

Le personne qui dirigera désormais la Haute Autorité de la Communication sera nommé (e) par un décret du président de la République, alors qu’avec l’ancienne loi, elle était élue par ses pairs commissaires. Une grande déception, déplorent les professionnels des médias et les activistes des droits humains.

AOB

Laisser un commentaire