Les travaux de démolition des emprises anarchiques de l’ouvrage de l’échangeur du rond-point de Kagbélen, ont été entamés ce mardi.

Sur le terrain, les déguerpis ne désapprouvent pas cette décision du gouvernement mais ils pensent que le délai qui leur a été donnée pour quitter les lieux est cours Dans le cadre de la réalisation du projet de reconstruction et de réhabilitation des voiries urbaines et construction des échangeurs de Kagbelen et de KM36 à Conakry, le département des Travaux Publics a entamé ce mardi, les opérations de démolition des bâtiments, des conteneurs se trouvant dans la limite d’emprise du projet de construction de l’échangeur de Kagbélen.

Mamadou Bhoye Diallo est obligé de quitter les lieux:

« On a fait beaucoup d’année ici. Mais maintenant il faut forcement qu’on quitte les lieux puisque la décision vient de l’Etat. Nous avons fait beaucoup de dépense et on a même pu récupérer ça » souligne-t-il.

 Malgré cette contrainte de quitter les lieux, Mamadou Bhoye Diallo affirme que le temps qui leur a été donnée pour libérer l’endroit n’est pas raisonnable:

« On a été averti c’est vrai mais le délai qu’on nous a donnée est très court. Actuellement à Conakry c’est ne pas facile d’avoir une place en une semaine où dans quelques jours. Il faut beaucoup de temps » ajoute Mamadou Bhoye Diallo.

Cet autre occupant des lieux qui s’est exprimé sous couvert d’anonymat, soutient que ce déguerpissement aura des conséquences sur son quotidien :

« C’est ici qu’on gagne notre pain quotidien. C’est ici également que nous parvenons à satisfaire les besoins de nos familles. Mais tout ce que nous pouvons, c’est de nous remettre à la volonté de Dieu » indique-t-il.

 Ces travaux vont être réalisés par l’entreprise CBITEC et le financement est fait par l’accord-Cadre Chine Guinée selon nos informations.

Abdourahmane Bah

Lire aussi  La Mecque : le petit pèlerinage (Omra) autorisé aux seules personnes vaccinées

Laisser un commentaire