Sékou Koundono

Monsieur Mamadou Sylla a déclaré à l’occasion d’une conférence de presse qu’il aurait reçu l’AUTORISATION d’alpha Condé de rendre visite aux détenus politiques. Monsieur Mamadou Sylla, dans sa quête effrénée de légitimité, vient de démontrer sans s’en rendre que ce dossier est purement politique et que les avocats de la défense ont raison de boycotter la procédure.

En effet, lorsqu’on veut rendre visite à un détenu, on se fait délivrer un permis de communiquer. C’est un document administratif qui permet de rencontrer le détenu. Quand il s’agit d’une procédure de flagrant délit, le permis de communiquer est délivré par le procureur qui a établi le mandat de dépôt ; quand un juge d’instruction est saisi, c’est lui qui signe le permis de communiquer; enfin lorsqu’il y a une condamnation définitive, c’est la direction de l’Administration pénitentiaire qui délivre le document. Ainsi, à aucun moment, Alpha Condé n’a le pouvoir d’autoriser des visites à des détenus. Le fait que M. Mamadou Sylla et son équipe soient obligés de passer par Alpha Condé pour avoir son aval afin de rencontrer les détenus prouve que ce sont des OTAGES.

Dans cette affaire, ni la Justice ni les magistrats n’ont un pouvoir propre de décision. C’est Alpha Condé qui décide et décidera de tout y compris les sanctions qui seront distribuées. Les juges ne sont que des faire- valoir. Tous ceux qui espèrent un procès équitable pour les détenus politiques doivent déchanter. Les peines semblent être déjà arrêtées. Par la suite, Alpha Condé décidera de les gracier pour donner l’impression qu’il est humain. C’est une opération de communication car coincé dans son propre piège.

Lire aussi  Bonne nouvelle pour Djouldé, des organisations internationales de la presse demandent le respect de la loi sur la liberté d'expression.

 Sékou Koundouno responsable des stratégies et planification du Front national pour la défense de la constitution FNDC

Laisser un commentaire