I

Comment réduire l’instrumentalisation et des violences politico-sociales des jeunes taxi moto. C’est l’objectif d’un atelier de formation qui s’est ouvert ce mercredi à la mairie de Matoto. L’initiataire de ce projet envisage par cet atelier sensibiliser tous les acteurs de ce domaine pour éviter l’instrumentalisation des taxi motards dans les mouvements socio-politiques de la Guinée. Le Maire de commune a promis de les accompagner.

Ils sont au total une quarantaine de personnes dont des acteurs politiques, de la société civile, des chefs de quartiers, des conducteurs de moto taxi et leurs syndicalistes à prendre part à cet atelier de formation axé sur la réduction de l’instrumentalisation et des violences politico-sociales des jeunes taxis moto. Abdoul Karim Diallo et le coordinateur du projet.

« C’est l’initiative du gouvernement guinéen en partenariat avec l’UENEFPE. Nous avons organisé cet atelier pour sensibiliser les acteurs concernés par la conduite des taxis motos dans la capitale pour que chacun contribue à sa façon à fin d’éviter que les conducteurs de taxi moto ne se mêlent pas aux mouvements socio-politiques. », explique-t-il.

Moussa Condé conseiller du ministre de la jeunesse et de l’emploi des jeunes a aussi pris part à cette rencontre. Selon lui les conducteurs de taxi moto sont souvent instrumentalisés pour des fins socio-politiques. Il trouve donc cette initiative opportune à quelques jours de la présidentielle en Guinée.

« C’est une belle initiative, car les conducteurs de taxi moto sont souvent instrumentalisés par les acteurs politiques pour leurs mouvements socio-politiques. Il est important que chacun s’y mette pour éradiquer ce phénomène. » a-t-il laissé entendre.

Lire aussi  Lambert Goékoya Zogbelemou intronisé patriarche de Nzérékoré

Les participants promettent de se battre pour sensibiliser leurs collègues à changer d’attitude.

« Nous allons élargir la sensibilisation auprès de nos collègues dans la commune de Matoto pour éviter de se mêler dans les mouvements politiques » rassure Oularé Mamady chef de ligne de Sangoya Pharmacie.

Ce projet qui touche les 5communes de la capitale et la région de N’Nzérékoré a un coût global de 1 million 225 mille dollars repartie entre trois agences du système des nations Unions dont l’UENEFPE, l’OIM et le PNUD. Sa durée d’exécution est de 18 mois.

Abdourahmane BAH

Laisser un commentaire