Un foyer des enfants orphelins a subi une décente musclée des agents en uniforme ce vendredi matin à Sonfonia. Les occupants du bâtiment accusés de s’approprier illégalement les lieux ont été expulsés des lieux. Le responsable du centre accuse l’archevêque de Conakry de lui retirer son local.

C’est le foyer de l’espoir qui a payé les frais de cette descente des forces de l’ordre. Des portes saccagées, des biens mis au dehors. Emile, le responsable du Foyer de l’Espoir ce centre où plusieurs enfants orphelins sont délogés de forces par des agents sécurités tôt ce vendredi 16 janvier 2021:

« L’archevêché de Conakry a mis sa mafia en branle par le biais de la societé immobilière en recourant au mensonge et à tout ce qu’on peut imaginer pour filer à la conservation et se faire délivrer un titre foncier sur ce domaine que nous avons acheté, construit depuis 2001 pour l’insertion socioprofessionnelle des enfants », indique Emile.

Une centaine d’enfants serait pris en charge par le centre. Emile dénonce une injustice. Ce responsable du centre précise que « Les enfants sortant de prison, il a fallu chercher un point de chute pour poursuivre la formation ».

Face à ces accusations, l’organisation pour la promotion humaine a apporté un démenti à la version d’Emile. Pour le Directeur, l’occupant cherchait à confisquer un bien appartenant à la communauté chrétienne :

« Nous l’avions poursuivi en justice. Emile a ressorti les anciens papiers qu’il avait falsifiés pour dire que c’est lui le propriétaire. Et pendant ce temps, il n’y avait aucun enfant dans le foyer. Au procès l’archevêché à fournis tous les documents authentique. C’est après cela que la justice lui a instruit de libérer les lieux », souligne Gérar BANGOURA.

Pour lui, Emile a utilisé les enfants pour atteindre son objectif. L’organisation indique que le local est un bien commun et Emil était chargé de gérer le centre. Ce conflit a débuté depuis 2013. Le dossier est renvoyé en appel pour un jugement.

Yacine DIALLO

Laisser un commentaire