Le projet de budget total des dépenses au niveau de l’éducation est rehaussé à 23% pour 2021 contre 11,4% l’année dernière. Le document a été présenté ce Mercredi aux députés à l’assemblée nationale pour examen. Même si cette augmentation est saluée par les spécialistes de craies, Aboubacar Mandela CAMARA, consultant en éducation, estime qu’avec cette augmentation, le secteur de l’éducation sera toujours confronté aux difficultés.

De 11% à 23 %, le projet du budget total des dépenses au niveau de l’éducation a connu une augmentation de plus 100% cette année. Certes une bonne chose pour le secteur de l’éducation. Avec ce geste, le gouvernement affiche une volonté d’améliorer le secteur de l’éduction avec ce projet de loi de finances initial exercice 2021 présenté aux députés. Mais Aboubacar Mandela CAMARA, enseignant et consultant en éducation a des interrogations.

« Bon il faut reconnaitre que c’est un effort louable cette augmentation, mais maintenant il reste à préciser si c’est le total des dépenses d’investissement qui passe ainsi de 11% à 23 % » s’interroge l’enseignant.

Pour malgré cette augmentation, il y’a toujours un manque à gagner parce que c’est plus de 25% qui était prévu pour 2021 comme dépense d’investissement.

Ce consultant en éducation précise que le budget du Budget national de développement (BND) alloué à l’éducation est différent du budget soumis à l’examen à l’assemblée nationale.

Le total de dépense prévu dans ce projet explique Mandela vise le budget alloué pour le payement notamment de salaire des enseignants à cause des recrutements effectués et en cours.

Cette augmentation donc souligne le consultant est consacrée au budget alloué au dépense courant prévu pour les enseignants.

Pour lui il est important au-delà d’augmenter le total des dépenses courant que le gouvernement améliore celui de la dépense d’investissement qui permettra d’exécuter les projets de l’éducation comme la construction et rénovation des établissements scolaires dans le pays.

En Guinée, le budget alloué à l’éducation est considéré depuis des années de «dérisoire». Le faible niveau des apprenants est généralement attribué à cette situation. Ce projet de budget une fois adopté par les députés, le secteur éducation pourrait voir plusieurs de ses projets de réformes exécutés. Chose que le consultant ne croit pas.

Yacine DIALLO

annonce

Laisser un commentaire