Tous les regards sont tournés vers l’hôtel Sheraton de Bamako où résident, depuis ce matin, 5(cinq) Présidents de la Communauté Économique des États d’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) pour une troisième médiation à la crise sociopolitique qui sévit dans notre pays.

Après l’échec de ses deux précédentes missions au Mali, dans le cadre de la médiation entre les contestataires regroupés au sein du mouvement du 5 juin-Rassemblement des Forces patriotiques (M5-RFP) et le Président de la République, Ibrahim Boubacar Keita, la Communauté Économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) a décidé de sortir l’artillerie lourde pour sa troisième mission. En effet, ce sont les Présidents ivoirien, nigérien, sénégalais, nigérian et ghanéen qui volent au chevet de Bamako pour tenter de résoudre la crise sociopolitique en cours dans le pays. 

Si la démission du Président de la République, demandée est par le M5-RFP, est une ligne à ne pas franchir pour la CEDEAO, les 5 Chefs d’Etat tous expérimentés pourront faire d’autres propositions pour un épilogue heureux ,quand on sait que celles formulées par les précédentes missions de la CEDEAO avaient été rejetées par les contestataires. La position du M5-RFP demeure figée, écourter le séjour d’IBK à Koulouba. L’institution sous-régionale joue gros aujourd’hui à Bamako. Un éventuel échec de cette troisième mission pourra jeter le discrédit sur les capacités de la CEDEAO à résoudre les crises sociopolitiques, quand on connait ses antécédents !

Une première victoire pour le M5-RFP

En attendant une « fumée blanche » à l’hôtel Sheraton de Bamako,qui pourra annoncer un accord mettant fin à la crise sociopolitique dans notre pays, le mouvement du 5 juin-rassemblement des forces patriotiques (M5-RFP) peut se vanter d’avoir obtenu une première victoire. Le 5 juin dernier, la rencontre entre le M5-RFP et IBK avait tourné court. « Je respecte les positions exprimées par vous et là-dessus, je vous invite à continuer à approfondir les échanges avec la majorité présidentielle » avait déclaré IBK. 

Lire aussi  Tchad: d'où vient l'arsenal des rebelles du Fact?

Ces propos d’IBK, l’on est fondé de croire, etaient entendus tel un dédain pour les contestataires qui dénoncent la mauvaise gouvernance. D’autant plus que le M5-RFP avait, quelques jours auparavant, renoncé à sa demande de démission du Président de la République et s’était dit disposé pour le dialogue direct IBK. Grace à sa détermination dans ses revendications, le M5-RFP a réussi à faire déplacer, aujourd’hui, 5 Chefs d’Etats de la CEDEAO à Bamako pour trouver une solution à la crise sociopolitique en cours dans notre pays.

En refusant de négocier directement avec le M5-RFP, IBK est obligé de voir ses homologues de la CEDEAO en missi dominici intervenir dans un problème qu’il pouvait gérer à l’interne. Toute chose, selon certains observateurs, qui l’affaiblirait davantage aux yeux des partenaires du Mali.

Mali online

Laisser un commentaire