leaders de 3 partis politiques qui se désolidarisent de l'UFDG

Trois formations politiques se désolidarisent de l’appel de l’UFDG de poursuivre les manifestations à partir de ce mardi. Ces partis malheureux de la présidentielle du 18  disent être trahis par le candidat de l’UFDG. Ils se sont exprimés à travers une conférence de presse ce lundi à Conakry.

Le lendemain de la présidentielle du 18 octobre en Guinée a été marqué par une série de manifestations. Des manifestations qui ont aboutis à des dégâts humains et matériels. Récemment, Cellou Dalein Diallo, le principal parti d’opposition, a demandé à ses militants de sursoir à ces manifestions jusqu’à ce mardi. Le parti RRD, UDIR et le PLP trouvent cette démarche de l’UFDG irresponsable car disent-ils beaucoup de guinéens ont été tués suite à l’appel de ses manifestations.

« Nous sommes venus ici pour vous dire que nous ne sommes pour ces manifestations appelées par Cellou et certains candidats. Nous pensons qu’il y’a eu énormément de mort il faut qu’on mette un terme à ça. », a laissé entendre Abdoulaye Kourouma le président du RRD.

Bien que le parti UDIR ne cautionne pas ces manifestions, mais son président reconnait que manifester est un droit constitutionnel. Bouya Konaté invite donc les acteurs à éviter la violence.

« Manifester est un droit constitutionnel et l’UFDG pourrait bien utiliser ce droit pour manifester. Mais ces manifestations doivent se dérouler sans violences. On a assisté à beaucoup de manifestations qui ont entrainé des nombreuses pertes en vies humaines. Nous ne voulons plus ça dans le pays » a alerté le président de l’UDIR Bouya Konaté

Lire aussi  Politique : vers une sortie de crise en Guinée ?

Dans son intervention, le président du PLP rassure qu’il n’exclût pas de travailler avec le candidat du RPG au cas où son expertise serait sollicitée.

« C’est vrai que nous n’appartenons pas au gouvernement mais nous sommes disposés à travailler avec le gouvernement pour apporter notre contribution au développement de ce pays. », a indiqué Laye Souleymane Diallo.

Les présidents de ces trois formations politiques accusent l’UFDG d’avoir violé certaines de leurs conventions notamment le partage des copies des résultats issus de tous les bureaux de vote

Abdourahmane BAH.

annonce

Laisser un commentaire