Journalistes de Nostalgie condamnés

Le tribunal de première instance de Kaloum a, après plusieurs renvois, rendu sa décision sur le procès des journalistes de la radio privée Nostalgie FM. La juridiction a condamné Thierno Madiou Bah, Ibrahima Sory Lincoln Soumah et Sidi Diallo à deux mois d’emprisonnement assortis de sursis et à 500 000 francs guinéens d’amende.

Ce dossier judiciaire a duré plus de deux ans au tribunal de première instance de Kaloum. Depuis septembre 2018, ces trois journalistes étaient poursuivis devant cette juridiction par Marie Louise Barry, la directrice générale du Groupe scolaire Saint Joseph de Cluny pour des faits de « diffamation, dénonciation calomnieuse et injures ». Leur crime est d’avoir reçu dans la célèbre émission « Africa 2025 » de la radio Nostalgie, un enseignant qui était en service dans ce groupe scolaire, et qui avait dénoncé les conditions de travail dans cet établissement.

Mais leur avocat compte interjeter appel et ne digère cette décision judiciaire :

« C’est un recul du droit dans notre pays de condamner de paisibles journalistes qui font professionnellement leur travail. En réalité, si des poursuites devaient être engagées dans cette affaire, ça serait contre l’enseignant. Mais, comme ce qui est à la mode aujourd’hui c’est le trimballement facile et rapide des journalistes devant les tribunaux qui n’hésitent pas le plus souvent à infliger des sanctions pour essayer de décourager les journalistes qui veulent exercer librement leur profession, mes clients ont été poursuivis, jugés et condamnés.

Pourtant, on s’est déployé au tribunal et on a prouvé leur innocence avec toutes les preuves. La décision dans cette affaire a connu tellement de renvois que nous-mêmes, nous sommes rendus compte que le tribunal avait des difficultés de la rendre. Nous ne sommes pas convaincus, nous ne croyons pas à cette décision, quant à sa sincérité. Et dès demain matin, nous relèverons appel contre cette décision qui ne repose sur aucune base légale » a affirmé maitre Salifou Béavogui.

Lire aussi  Soutien à Amadou Diouldé Diallo : Journalistes, mobilisons-nous au nom de la liberté de la presse ! (Tribune)

Amadou Oury Toulel Baldé

Laisser un commentaire