Jean Ives Ledrian, ministre des affaires étrangères en France

La candidature du président Alpha Condé est officiellement annoncée lundi 31 aout 2020 au soir. Le concerné lui-même l’a dit à l’occasion de sa rencontre avec un groupe de femmes qui le soutiennent dans sa démarche. La France a, à travers son ministre des affaires étrangères, exprimé sa vive préoccupation.

« La France rappelle sa préoccupation, déjà exprimée lors des scrutins référendaires et législatifs, sur le caractère non consensuel du fichier électoral. Elle avait condamné les violences qui avaient émaillé ce processus électoral et entraîné plusieurs morts« , a déclaré ce mercredi Jean Yves Ledrian, ministre français des affaires étrangères lors d’un point de presse dont un extrait a été publié par France Diplomatie.

Les guinéens se rendront aux urnes le 18 octobre alors que le climat politique et même social est très délétère. Un citoyen a été tué à Kankan ce mardi en marge des protestations contre le manque d’électricité et un jeune élève vient d’être assassiné par balle à Hamdallaye.

« Notre préoccupation demeure s’agissant du prochain scrutin. La France appelle l’ensemble des acteurs guinéens, quels qu’ils soient, à la responsabilité, au dialogue et à la plus grande retenue« , a ajouté le chef de la diplomatie française.

Depuis juillet dernier, la CEDEAO, l’Union Africaine, les Nations-Unies conjuguent leurs efforts pour décrisper la situation. La France soutient cette initiative pour éviter, dit-elle, un nouveau cycle de violences en Guinée.

« La France apporte son soutien aux organisations régionales, la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’ouest (CEDEAO) et l’Union africaine, ainsi qu’aux Nations unies, dans leurs efforts pour éviter une détérioration du climat politique et un nouveau cycle de violences en Guinée« , a indiqué M. Le Drian.

Cette sortie de la France est jugée trop diplomatique par certains observateurs de la vie politique en Guinée.

Amadou Oury Toulel BALDE

Laisser un commentaire