L’insécurité bat son plein dans la capitale et à l’intérieur du pays. Les attaques à main armée font légion. Pas plus tard que dans la nuit du dimanche au lundi, 10 août 2020, un véhicule de transport en commun qui quittait Conakry pour Labé, a été la cible d’une attaque à main armée. Les faits se sont produits au poste de contrôle de Foulaya, à Kindia, avec plus 20 millions GNF emportés et de nombreux autres objets de valeur.

L’attaque s’est produite sur la route nationale Kindia- Mamou aux environs de 05 heures du matin. Il n’y pas eu de blessés, mais une importante somme d’argent a été emportée par les malfrats, lourdement armés.

Selon Mamadou Saliou Diallo, le chauffer du taxi, les assaillants ont tiré des rafales avant de les maitriser « C’est aux environs de 18 heures que j’ai quitté Conakry. C’est au niveau du poste de contrôle de Foulaya que j’ai retardé de 00 h jusqu’à 4 heures du matin. Quand j’ai dépassé cet endroit, nous avons eu une crevaison. C’est au moment où je changeais le pneu que quatre individus, lourdement armés et à bord de deux motos, nous ont trouvés sur les lieux. Ils se sont mis à tirer des rafales en l’air. Nous étions pris de panique. Ils nous ont sommés de nous coucher. Ensuite, ils ont ouvert le véhicule pour prendre tout ce qu’il y avait dedans, à savoir des bagages et de l’argent. Un des passagers a perdu 23 millions de francs guinéens. Un autre a perdu 700 mille et d’autres des sommes que les propriétaires n’arrivent pas à estimer, sans oublier des objets de valeurs ».

Lire aussi  En grand nombre, les orpailleurs cassent la barrière sécuritaire à Mamou et rallient Labé

Les braquages sur les routes de l’intérieur du pays prennent une allure inquiétante et pour le moment les autorités n’ont fait aucune annonce quant à la prise des mesures pour stopper ce phénomène.

ABO

Laisser un commentaire