La distribution du riz dans les conteneurs à Matoto se passe dans une anarchie totale. Les agents distributeurs de livrent à des actions dégradantes.

Les opérations s’effectuent dans le clientélisme et le favoritisme notamment. Cette situation s’indigne beaucoup de citoyens qui passent des heures voir des jours pour tenter d’obtenir un sac mais en vain.

Dans les marchés, le sac de riz se négocie à 320 mille et dans ces conteneurs placés sur le long de l’autoroute par l’Etat, un sac est vendu à 200 mille francs guinéens officiellement.

Mais les opérations s’effectuent dans une totale anarchie et dans l’injustice comme le témoigne quadragénaire :

« Chaque jour, c’est prévu de distribue 150 sacs par jour mais aujourd’hui, ils n’ont pas vendu 80 ils disent que c’est fini. Arrêtez un instant vous verrez ce que ces gens font avec ces riz. Ils revendent aux commerçant qui revendent sur place à un prix élevé. Ou ils revendent à leurs femmes. Ici rien n’est respecté », indique cet homme.

Des centaines de personnes viennent tous les jours pour acheter du riz. Mais elles sont nombreuses celles qui rebroussent chemin sans bénéficier.

Le clientélisme et le favoritisme caractérisent cette vente à Matoto. M. Condé est au-dessus de ses 50 ans, il fustige :

 » Moi je suis là depuis le matin. Mais ils ont revendu du riz à un monsieur qui m’a trouvé déjà sur place. Quand j’ai demandé pourquoi ils font cela, le superviseur me dit ils font ce qu’ils veulent ».

Les agents distributeurs sont accusés de favoriser certains. Pour résoudre problème, cet homme qui a préféré garder l’anonymat propose une piste de solution :

 » La proposition que j’ai, que l’Etat dote les quartiers en riz au lieu de revendre comme ça dans la rue. Il y’a beaucoup de gens qui viennent même ceux de Coyah. Si les quartiers sont dotés, il sera facile de contrôler ».

Ces conteneurs ont été installés pour permettre aux citoyens de se procurer du riz à bon prix. Mais de nombreuses personnes en collaboration avec les agents viennent acheter pour revendre au marché à un prix élevé.

Yacine DIALLO

Laisser un commentaire