affrontements à Macenta

Depuis samedi, la ville de Macenta est caractérisée par une série de violences interethniques.  Plusieurs personnes ont perdu la vie à l’occasion des affrontements entre les Tomas et Tomamanians dans la journée. Plusieurs autres personnes ont été blessées gravement et entrainé des déplacements. Cette réalité a suscité beaucoup d’indignation dans le pays. Dans la capitale, des citoyens déplorent ces actes et appellent leur compatriote à arrêter les violences.

Même si les tensions existaient depuis longtemps, mais c’est l’installation d’un patriarche qui a mis le feu aux poudres. Chaque communauté estime que la chefferie lui revient.

 A cet effet, les tomas et les tomamanians se sont affrontés et plus de 10 personnes sont tuées selon plusieurs medias. Pour Sidibé Aboubacar, ces actes sont intolérables et appelle à la suppression des autorités morale 

« Je ne comprends pas pour de tel chose que des communautés s’affrontement jusqu’à ce que mort s’en suit. C’est intolérable. C’st pourquoi moi j’ai toujours prôné la suppression de ces autorités morales. Parce qu’au lieu qu’elles ne soient des solutions, ces autorités sont constituées des problèmes qui opposent les guinéens », soutient-il.

Kourouma Balla MOUSSA également déplore ces violences mais s‘oppose à la suppression des autorités morales « Patriarche Kountigui sotikimo, c’est la pure tradition. Vous voulez renverser les anciennes traditions, ça crée des problèmes. Communauté Toma et tamamanian, Macenta vous appartient. C’est à vous d’épargner des pertes en vie inutiles », précise conakrica.

Face à cette situation, Aboubacar CAMARA, lui, appelle à l’unité : « Quel qu’en soit le problème, nous sommes obligés à vivre ensemble ». Les dégâts sont énormes et le bilan humain est lourd.

Lire aussi  Un autre prisonnier politique est décédé en prison

Mamadou Saliou SOW conseille : « A tous les guinéens, chacun doit se retenir et etre conscient que nous devons vivre ensemble. S’il y a un problème dans un village, ce sont les villageois qui doivent prendre des dispositions pour résoudre le problème. Mais la haine qui existe entre guinéens en ce moment, c’est le vrai problème.

Dans ce conflit à Macenta, les forces de l’ordre ont été impuissantes dans leur intervention au début des affrontements selon plusieurs sources.

Yacine DIALLO

Laisser un commentaire